Pas moins de 1.578 carrières sont des exploitations permanentes

Pas moins de 1.578 carrières sont des  exploitations permanentes

Les listes des carrières ne relèvent plus du secret. Après les listes des détenteurs des agréments de transports, l’opinion publique connaît désormais les exploitants des carrières toutes catégories confondues. Le ministère de l’équipement et du transport, a publié dans la soirée du lundi 12 novembre, la liste des exploitants des carrières. Aziz Rabbah, le ministre de l’équipement et du transport, a pris la décision de publier les listes de toutes les carrières sur le territoire national. Ce ne sont pas uniquement les exploitants des carrières du sable qui sont aujourd’hui connus, mais également les autres carrières comme celles de l’argile, du marbre, le gravier et le tout-venant. Côté chiffres, on sait désormais que le Maroc ne compte actuellement pas moins de 1.885 carrières toutes catégories confondues. Les carrières de sable ne représentent, quant à elles, que 346 dont 138 exploitent le sable des dunes et 143 produisent du sable de concassage. En effet, le sable écoulé sur le marché national dont une grande partie est utilisée dans le secteur du BTP (Bâtiment et travaux publics), peut avoir des origines diverses. La majeure partie du sable est un sable dunaire issu de l’exploitation des dunes, très prisé d’ailleurs des acheteurs. Les autres sables sur le marché sont issus du concassage, du dragage de la mer et des fleuves. Il ressort ainsi des listes publiées que cinq entités exploitent le sable marin, 16 sont spécialisées dans le sable des fleuves alors qu’on dénombre 44 carrières de sable calcaire. Par ailleurs, il faut préciser que 1257 exploitants des carrières toutes catégories confondues sont des personnes morales (sociétés et entreprises), alors que les 628 exploitants restants sont des personnes physiques. Concernant la répartition régionale des carrières, c’est la région de Meknès-Tafilalet qui arrive en première position avec quelque 285 carrières. La région de Chaouia-Ouardigha est deuxième avec 239 carrières. Sur le plan des statuts légaux de ces carrières, il est à signaler que 1.073 sont des propriétés privées. Le domaine propre de l’Etat dispose, pour sa part, de 75 carrières, alors que 181 carrières relèvent du domaine forestier. Le domaine maritime national compte 7 carrières. De son côté, le domaine ferroviaire en abrite trois. Le domaine aquatique national, quant à lui, en détient 299 et les communes soulaliyates sont propriétaires de 247 carrières. Selon un communiqué du ministère de l’équipement et du transport, 1.578 carrières ont une forme d’exploitation permanente. Les 307 qui restent sont des carrières exploitées temporairement. Il ressort du même document que les carrières exploitées effectivement aujourd’hui atteignent les 1.080 carrières. Les activités dans le reste des carrières sont soit abandonnées (376), soit arrêtées (429). A noter enfin que le département de tutelle vient d’élaborer un nouveau projet de loi, plusieurs projets de décrets ainsi qu’un projet de cahier des charges pour règlementer le secteur. Les responsables du ministère disent que l’élaboration de ces projets a été faite en collaboration avec les professionnels et les départements ministériels concernés, le but étant de «rationaliser l’exploitation des carrières et garantir plus de transparence et de compétitivité dans le secteur».

Télécharger la liste des carrières

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *