Réactions

Noureddine Ayouch : «J’applaudis le réalisme du PJD»
Noureddine Ayouch, militant associatif, estime que pour l’instant, le programme électoral traduit les promesses électorales du PJD et c’est bien qu’elles aient été maintenues. Mais selon M. Ayouch, c’est la confrontation à la réalité qui nous dira si le PJD est à la hauteur de ses ambitions. «Pour l’instant, la situation internationale est loin d’être clémente et aura forcément un impact sur l’économie nationale. Il faut aussi voir si les promesses du gouvernement Fassi d’employer 25.000 jeunes vont être réalisées» , souligne-t-il. Et d’ajouter: «J’applaudis par ailleurs le réalisme du PJD qui est le seul parti à avoir promis un taux de croissance de 5,5 %. Ceci est très ambitieux mais réaliste. Le fait d’accorder une place de choix dans ce programme à tout ce qui est  identitaire est aussi un point favorable à noter».

Khadija Rouissi : «Il faut aussi que le programme du gouvernement ne contienne pas de mesures populistes»
«On a été surpris, hier matin, de voir que la déclaration gouvernementale a été divulguée à la presse , alors que l’Institution parlementaire de par sa symbolique et son poids aurait dû avoir la primauté conformément aux us et règles démocratiques», a déclaré à ALM Khadija Rouissi, membre du PAM. Et d’ajouter : «Toutefois, nous au sein de l’opposition, nous restons prudents et vigilants. Nous avons vécu  le même suspense suscité par la déclaration gouvernementale lors de la formation du gouvernement. Il était question de plusieurs versions de cabinets gouvernementaux dans la presse avant qu’on ne soit surpris par la formation d’un gouvernement avec une seule femme. J’espère que des surprises aussi renversantes  ne se reproduiront pas  en ce qui concerne la déclaration gouvernementale lorsqu’elle sera dévoilée par Abdelilah Benkirane».
Selon Mme Rouissi, il faut que ce programme propose une vision claire du projet de société qu’on veut établir. Il faut qu’il n’y ait pas de recul dans les droits sociaux, économiques, civiques et culturels, ainsi qu‘en ce qui concerne les libertés individuelles. Il faut aussi qu’il ne contienne pas de mesures populistes et que le climat de démocratie et les dispositions de la Constitution soient respectés. «On travaillera d’arrache-pied à décortiquer le programme gouvernemental de sorte à avoir une vision complète autour de ce dernier. On comparera la déclaration aux programmes électoraux des partis de la coalition, particulièrement le PJD pour voir s’il y a eu respect des engagements envers l’électorat», a souligné Mme Rouissi.

Mohamed Najib Boulif : «Un taux de croissance avoisinant les 5,5%»
«Le programme gouvernemental vise à réaliser un taux de croissance de l’économie nationale avoisinant les 5,5%», a affirmé le ministre délégué chargé des affaires générales et de la gouvernance, Mohamed Najib Boulif. Le ministre a indiqué que le taux de chômage devrait atteindre les 8%. Il a souligné que le programme gouvernemental est axé sur plusieurs orientations portant notamment sur le projet sociétal qui, a-t-il dit, est «un projet identitaire qui s’intéresse à tout ce qui est en rapport avec l’identité, la culture et la langue». L’autre orientation, a-t-il expliqué, est relative à la gouvernance et à la mise en œuvre démocratique dans la nouvelle Constitution, à travers plusieurs mesures qui seront prises par le gouvernement durant les cinq prochaines années. Il s’agit également de l’économie compétitive nationale, productive et génératrice de postes d’emploi, outre la répartition équitable dans le domaine social, partant du principe de l’Etat solidaire garantissant les droits sociaux à l’ensemble des Marocains et consacrant la position du Maroc sur les plans arabe, islamique, africain et international.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *