Said Elakhal : «C’est le MUR qui commande le PJD»

Said Elakhal : «C’est le MUR qui commande le PJD»


ALM : Le PJD affirme que le MUR prend désormais ses distances par rapport à lui. Quelle analyse en faites-vous?
Said Elakhal : Je pense qu’il ne suffit pas qu’il y ait éloignement des membres du PJD des instances dirigeantes du MUR pour affirmer que ce Mouvement prend ses distances avec le parti islamiste. Il ne s’agit pas d’une affaire de personnes, mais de grandes orientations du parti et du mouvement. Les deux ont des objectifs stratégiques et des convictions en commun. Ce qui corrobore ce constat, c’est que le MUR intervient d’une manière directe pour la désignation des candidats du parti aux élections législatives et locales. D’ailleurs ceci a amené plusieurs membres du PJD qui ne sont pas membres du MUR à démissionner du parti. Les problèmes que connaît le syndicat du parti islamiste peuvent également être avancés pour confirmer que c’est le MUR qui commande les orientations, les décisions et les choix du PJD.
 
Le MUR affirme que son 4ème congrès a consacré et enraciné sa tendance de modération. Qu’en pensez-vous?
Certainement, le sens de la modération dont parle le MUR est différent de celui connu des Marocains et qui fait l’identité du peuple marocain. La position du Mouvement hostile aux productions artistiques, au folklore marocain et vis-à-vis de bon nombre de traditions marocaines montre que ce Mouvement n’est nullement modéré. En plus, le fait que le MUR défend la cause des détenus de la Salafiya Jihadiya prouve qu’il est loin de la modération, étant donné que la modération requiert le rejet total de la doctrine salafiste jihadiste. Ceci prouve qu’il y a une alliance stratégique entre le courant jihadiste et le MUR.
 
Entre action civile et travail politique, dans quelle case peut-on situer le MUR?
En fait, sur le plan théorique, ce Mouvement est un acteur associatif qui s’active dans le domaine de la prédication. Mais sur le plan pratique, ce que le MUR ne peut pas faire au niveau de la politique, le fait à travers le PJD à partir du moment où c’est lui qui oriente ce parti. Il y a une certaine complémentarité entre les deux. La prédication dans les mosquées à travers les prêches du vendredi et le travail politique à travers le PJD. Ce dernier porte la voix du MUR au Parlement et aux instances politiques, avec l’objectif final d’imposer leur modèle au peuple marocain.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *