Said Lakhel : «La conjoncture actuelle est idéale pour cheikh Yassine»

ALM : Pourquoi Cheikh Yassine défie ouvertement l’Etat?
Said Lakhel : Cheikh Yassine est un leader qui a pour stratégie de faire tomber le régime et d’en créer un nouveau. Le régime souhaité par cheikh Yassine consiste à revenir à la khilafa du temps du Prophète Sidna Mohammed. Pour arriver à ses fins, il a mis en place trois méthodes. D’abord, la voie démocratique. Dans ce cadre, il a mis une condition à sa présentation aux élections. Cette condition veut que la Constitution permette à l’élu de changer le régime. Cela est impossible dans un pays comme le Maroc. Ensuite, la 2ème méthode qu’il préconise est le coup d’État militaire ou les violences armées. Cette issue est, selon lui, très possible, mais, il la laissera en dernier recourt. La 3ème voie, et qui se trouve être la voie du juste milieu pour cheikh Yassine, est celle de la révolution populaire et de la désobéissance civile. Il veut conduire une révolution à l’image de Khomeini et attend que la base de ses partisans s’élargisse avant de les conduire à réclamer la chute du régime dans les rues.

Qu’est-ce qui justifie que cheikh Yassine aille choisi de défier l’Etat aujourd’hui?
La conjoncture actuelle est idéale pour cheikh Yassine. La sortie des jeunes dans les rues pour formuler des revendications politiques est une occasion en or pour lui. Il n’a désormais plus à attendre que la liste de ses recrues s’allonge, il n’a qu’à prendre d’assaut ces jeunes qui sont sortis dans les rues sans encadrement et de les utiliser à ses fins. Il a donc adhéré au Mouvement du 20 février et s’est, petit à petit, infiltré parmi les décideurs du mouvement avant de commencer à imposer ses propres programmes et idées.

Al Adl Wal Ihssane a-t-elle le contrôle total du Mouvement du 20 février?
Al Adl Wal Ihssane a pris le monopole de beaucoup de branches du Mouvement du 20 février. Les leaders du mouvement sont ainsi devenus de simples sbires aux mains de cheikh Yassine. C’est d’ailleurs Al Adl Wal Ihssane qui a appelé les manifestants à investir les quartiers populaires des grandes villes, là ou sévit le chômage, la délinquance et la fragilité sociale. Al Adl Wal Ihssane avait sa propre stratégie là-dessus. Les manifestants se sont équipés d’appareils photos et de caméras vidéo afin de rapporter des images démontrant les violences commises contre les manifestants et les citoyens. Le but de la manœuvre était de dénoncer un régime répressif semblable à celui de Benali et de Moubarak. Mais également, de mener les forces de l’ordre à commettre des actes de violence contre les simples citoyens déjà fragilisés par leurs conditions sociales. Ces citoyens deviendraient ainsi de parfaits partisans de la cause d’Al Adl Wal Ihssane.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *