Scrutin du 25 novembre à Laâyoune : De grands bouleversements au niveau des candidatures

Alors que les partis politiques se précipitent pour achever leurs listes des candidats, certaines têtes de listes électorales locales de la région de Laâyoune-Boujdour-Sakia El Hamra sont déjà connues et ne manquent pas de surprises. Ainsi Moulay Hamdi Ould Rachid, coordinateur du parti de l’Istiqlal dans les trois provinces du Sud et président du Conseil municipal de Laâyoune, ne briguera pas un nouveau mandat au Parlement. Il se désistera au profit de son neveu, l’actuel président du Conseil régional, le tout jeune Sidi Hamdi Ould Rachid. Selon des observateurs locaux à Laâyoune, par ce désistement Moulay Hamdi Ould Rachid place la présidence du prochain Conseil régional au top de ses priorités, et cela est notamment dû à l’élargissement des prérogatives et attributions des présidents des Conseils régionaux par le nouveau projet de régionalisation ouvert par le Royaume. Le clan Ould Rachid issu des Rguibat qui est la plus grande tribu du Sud marocain domine depuis plusieurs années la scène politique locale. Ainsi, Mohamed Ould Rachid, fils de Moulay Hamdi Ould Rachid, préside la Chambre de l’agriculture, sans oublier le leader du clan qui n’est autre que Khalihenna Ould Rachid, le président du Conseil consultatif des affaires sahariennes (CORCAS). La majorité des conseils élus de cette région sont présidés et composés de conseillers proches de Moulay Hamdi Ould Rachid, devenu, ces dernières années, l’icône du PI dans les provinces du Sud. D’autres membres influents de la tribu Rguibat devraient également se présenter aux élections, il s’agit de l’homme d’affaires Mohamed Salem Joumani sous les couleurs du Mouvement populaire ainsi que Bachir Dakhil, président du Forum alternative. M. Dakhil est connu localement par son engagement en tant que membre actif de la société civile locale, et devrait se présenter aux élections sous les couleurs de l’Union constitutionnelle. L’autre rival historique du clan Ould Rachid, l’homme d’affaires et le transhumant Hassan Derham, quittera cette fois la ville de Laâyoune qu’il représentait au Parlement depuis 1997 sous plusieurs couleurs politiques dont la dernière était celle de l’Union socialiste des forces populaires, et se présentera dans la région d’Oued Eddahab-Lagouira en remplacement de son frère Soulimane Derham. Les détracteurs de M. Derham le blâment pour son absence quasi totale de la ville de Laâyoune. Pour sa part, Izarguien qui suit les Rguibat dans le classement des plus grandes tribus du Sud du Maroc sera représentée dans ces élections par l’actuel membre du Parlement, l’homme d’affaires Jid El-Garah, sous les couleurs du MP. Quant au Rassemblement national des indépendants, il a opté pour une nouvelle figure à Laâyoune, il s’agit du pharmacien Ali Salem Elmadkouri.
La deuxième circonscription de cette région qui est la ville de Boujdour créée en 1976 compte deux sièges au Parlement, les mêmes noms devront se présenter aux élections, en l’occurrence Aba Abdelaziz, l’actuel président du Conseil municipal sous les couleurs du PI et l’Usfpéiste Abdellah Dabada.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *