Terrorisme : Comment atténuer les effets économiques de l’attentat de Marrakech

Marrakech, la capitale touristique du Maroc, a été la cible d’un attentat terroriste lâche et odieux, jeudi 28 avril, ayant fait 16 morts et une vingtaine de blessés. Pourquoi les terroristes ont-ils visé particulièrement cette ville ? Les observateurs ne se font plus de doute sur ce point. Cibler la ville ocre, traduit, entre autres objectifs, l’intention de porter atteinte aux intérêts économiques du Royaume en donnant un coup dur au secteur du tourisme. Quel est l’impact de l’attentat de Marrakech sur l’économie de la première destination touristique du Royaume et par la même l’économie marocaine? Sur ce point, les professionnels du tourisme de Marrakech tiennent à assurer et rassurer. «Nous n’avons enregistré aucun départ anticipé, aucune réduction de capacité et une grande partie des opérations programmées, congrès et séminaires, suivent leurs cours normalement», affirment-ils dans un communiqué rendu public mardi 3 mai. «De plus, tous les événements prévus sont maintenus : Caftan 2011, Festival du Rire, FNAP ainsi que le 10ème anniversaire de la proclamation de la Place Jamâa El Fna Patrimoine oral de l’humanité par l’Unesco qui sera commémoré du 18 mai au 18 juin 2011», ajoute-t-on de même source.
Les professionnels du secteur touristique appellent au soutien de tous pour que Marrakech puisse se remettre sur pied. «Aux amis de Marrakech, expatriés, résidents, Marocains et étrangers, nous disons avec détermination que c’est votre soutien, votre présence et votre confiance qui feront que Marrakech traversera avec sérénité cette période douloureuse et continuera à rayonner conformément à son destin de capitale culturelle et tolérante du Maroc», soulignent les professionnels du tourisme à Marrakech. Ceci dit, les mesures à entreprendre, selon les spécialistes, pour annuler, ou du moins atténuer, les effets économiques de l’attentat de Marrakech sont de différentes natures. «Il faut être réactif ; Il faut fournir une information fiable et factuelle aussi bien à l’opinion publique qu’aux médias ; Il faut pouvoir anticiper les éventuels risques futurs, notamment en termes d’image et de crédibilité», indique Hamid Bentahar, président du CRT Marrakech (voir entretien page 6). «Le Maroc devra mieux se faire connaître. Bien qu’il soit un bon produit touristique, nous ne savons pas nous vendre. Il nous faut continuer à être nous-mêmes et renforcer notre potentiel stratégique, améliorer la qualité de nos services, continuer dans ce même sens. Il faudrait repenser les campagnes touristiques du Maroc à l’étranger», souligne, pour sa part, Ahmed Lahlimi, haut commissaire au Plan (voir entretien page 5). «Les autorités doivent réagir très vite. Il faut montrer que le pays avance et se développe, non pas uniquement au niveau du secteur touristique. Il faut donner les preuves de l’engagement du Maroc dans un cercle de réformes politiques bâties sur les bases d’une stabilité et d’une démocratie réelles», explique Driss Benali, économiste (voir entretien ci-dessous). L’économiste Mimoun Rahmani affirme, quant à lui, que «la reconstruction du café Argana, en faisant un site touristique par exemple pourra re-dynamiser la ville ou du moins la place touristique» (voir entretien page 6). «Pour atténuer l’impact de l’attentat sur l’économie de Marrakech et celle du Maroc, il faut multiplier les campagnes publicitaires auprès des clients potentiels en Europe ou ailleurs. Il faut, aussi, garder la vigilance car un deuxième ou un troisième attentats auront incontestablement des conséquences désastreuses sur le tourisme de la ville», souligne Lahcen Daoudi, économiste, dans une déclaration à ALM. Ceci dit, il faut dire, aussi, que les pages et événements Facebook mis en ligne par les jeunes depuis l’attentat de Marrakech ne cessent de se multiplier. La mobilisation effective et virtuelle est de mise. Tout en témoignant leur sympathie avec les habitants de la ville ocre, les jeunes incitent les touristes sur le réseau social à continuer à se rendre à Marrakech.
Toujours en signe de solidarité, des représentants de partis politiques et de centrales syndicales ainsi que des acteurs de la société civile et plusieurs citoyens ont observé, mercredi 4 mai, un sit-in devant le café «Argana» à la place Jamaâ El Fna.

Plusieurs personnes auditionnées puis relaxées
Plusieurs personnes ont été auditionnées et relaxées dans le cadre de l’enquête sur l’attentat qui a fait seize morts et plusieurs blessés la semaine dernière à Marrakech, a-t-on appris jeudi auprès des enquêteurs. Le portrait robot d’un suspect a été dressé sur la base de témoignages, indique-t-on de même source, précisant que l’enquête ouverte le jour de l’attentat se poursuit et que des pistes sérieuses sont en cours d’investigation.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *