Barack Obama encore une fois en Irak

Le candidat démocrate à la présidentielle américaine, Barack Obama, est arrivé lundi en Irak, un pays d’où il veut, s’il est élu, retirer le contingent américain dans les deux ans. Cette visite intervient après une étape en Afghanistan, qu’il considère comme le front central de «la guerre contre le terrorisme» et où il préconise l’envoi immédiat de renforts. Elle prend place alors que la violence en Irak est à son plus bas niveau depuis le début en mars 2003 de l’intervention conduite par les Etats-Unis, à laquelle le sénateur américain était opposé. M. Obama, 46 ans, est en tête dans les sondages pour l’élection présidentielle de novembre, mais sa crédibilité dans le domaine international est attaquée par son adversaire républicain John McCain. «Le sénateur Barack Obama est arrivé, lundi matin, en Irak dans le cadre d’une délégation parlementaire avec les sénateurs Chuck Hagel et Jack Reed», a déclaré Armand Cucciniello, porte-parole de l’ambassade des Etats-Unis à Bagdad. M. Obama venait du Koweit, où il s’est entretenu avec l’émir Sabah al-Ahmed al-Jaber al-Sabah. «Les sénateurs vont avoir une journée chargée», a ajouté M. Cucciniello, qui n’a pas précisé où M. Obama avait atterri ni s’il se trouvait à Bagdad. Il doit rencontrer les responsables irakiens, dont le Premier ministre Nouri al-Maliki, et les chefs militaires américains, dont le général David Petraeus, crédité pour la stratégie de «sursaut» qui a ramené le calme. Il s’agit de la deuxième visite en Irak du sénateur de l’Illinois, après un rapide passage en janvier 2006. «Dès mon premier jour comme président, je donnerai aux militaires une nouvelle mission : mettre fin à la guerre», a annoncé la semaine dernière M. Obama dans un éditorial au New York Times et dans un discours à Washington. «Nous pouvons sans danger redéployer nos unités de combat à un rythme qui leur permettra de se retirer en 16 mois. Cela sera l’été 2010 — deux ans à partir de maintenant», a poursuivi le candidat démocrate. Quelque 146.000 soldats américains sont encore déployés en Irak, où plus de 4.100 ont été tués depuis mars 2003. Le président George W. Bush et M. Maliki se sont entendus récemment pour déterminer un « horizon » au-delà duquel les troupes de combat américaines auront quitté l’Irak, mais sans fixer de date. Dimanche, M. Obama a rencontré à Kaboul le président Hamid Karzaï, dont il avait critiqué le peu de succès face au retour en force des talibans, chassés du pouvoir à la fin 2001 par une offensive menée par les Etats-Unis.

Jacques Charmelot (AFP)

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *