Blair sur la sellette

Blair sur la sellette

L’affaire du scientifique britannique David Kelly plonge le Premier ministre Tony Blair dans la tourmente et écorne sérieusement sa popularité, selon un sondage publié samedi. Selon cette enquête d’opinion réalisée par l’Institut ICM, 67% des personnes interrogées estiment avoir été trompées sur les armes de destruction massives prétendument détenues par l’Irak. Cependant, seulement un tiers d’entre elles (33%) sont d’avis que M. Blair doit démissionner à cause de cette affaire. Par ailleurs, l’avalanche de documents rendus publics samedi dans l’enquête sur la mort de l’expert en armement David Kelly a soulevé de troublantes questions. Tony Blair et son ministre de la défense Geoff Hoon sont appelés à y répondre jeudi prochain. Sur le site Internet de l’enquête, pas moins de 9.000 pages ont été mises à la disposition du public. Ces documents contiennent, entre autres, des notes personnelles de la garde rapprochée de Tony Blair, des échanges de courriers entre Downing Street et le ministère de la Défense, ou encore la chaîne de télévision BBC. Il s’agit d’un véritable roman qui conduit les lecteurs dans les rouages du pouvoir britannique. Les observateurs estiment que certaines informations contenues dans les documents publiés sont potentiellement explosives pour Tony Blair. Par exemple, un courrier électronique, daté de 10 juillet, indique que le directeur de cabinet de Downing Street, Jonathan Powell écrit que Tony Blair pense que l’expert doit apparaître devant la commission parlementaire, mais «qu’il a besoin d’être bien préparé avant». Les documents révèlent les contacts ininterrompus entre le ministère de la Défense et Downing Street sur le sujet, ainsi que l’implication personnelle de Tony Blair dans les réunions qui ont précédé la révélation du nom du scientifique à la presse. Le Premier ministre britannique et son ministre de la Défense devront également s’expliquer sur une possible campagne de dénigrement du scientifique avant ses obsèques, dénoncée par sa famille dans une lettre au gouvernement. L’expert avait notamment été comparé au fantaisiste « Walter Mitty » par un porte-parole de Tony Blair. La semaine s’annonce très difficile pour Tony Blair qui est rentré des vacances jeudi dernier, quarante huit-heures avant la mort de trois soldats britanniques dans une attaque à Bassorah, dans le sud de l’Irak. Le Premier ministre est soupçonné d’avoir demandé aux services de renseignements britanniques d’exagérer la menace que représentait l’arsenal de Saddam Hussein afin de légitimer, aux yeux des parlementaires et de l’opinion publique, une intervention militaire contre Bagdad. Il est à rappeler que le corps de David Kelly, expert en armement bactériologique au ministère de la Défense, a été trouvé vendredi 18 juillet dans un bois du comté d’Oxfordshire, dans le sud de l’Angleterre. Microbiologiste de renom et ancien inspecteur en désarmement des Nations unies en Irak, David Kelly était la principale source anonyme citée par un journaliste de la radiotélévision publique BBC pour affirmer que le dossier du gouvernement britannique de septembre 2002 sur l’arsenal irakien avait été délibérément «gonflé». Il s’est apparemment suicidé le 17 juillet, quelques jours après que son nom eut été rendu public et deux jours après son audition par une commission parlementaire des Affaires étrangères, qui l’avait malmené.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *