Etats-Unis : Obama dénonce le chantage des Républicains

Etats-Unis : Obama dénonce le chantage des Républicains

Le président américain Barack Obama a pointé du doigt « l’irresponsabilité » des Républicains au Congrès suite à la fermeture, mardi, des agences et services non essentiels du gouvernement fédéral faute d’adoption au niveau de l’institution législative US d’une loi de finances autorisant leur financement au titre de l’année fiscale 2014, qui débute le 1er octobre aux Etats-Unis.

« En tant que président, je ne me soumettrai pas aux demandes irresponsables des Républicains », a lancé M. Obama lors d’une longue déclaration à la Roseraie de la Maison Blanche, en allusion au « chantage » des élus républicains qui s’obstinent à exiger le report d’une année de l’application de la réforme phare de l’assurance maladie, initiée par le président américain, en contre-partie de l’adoption d’un budget à court terme permettant le financement du fonctionnement de l’ensemble des composantes du gouvernement fédéral.

« Ceci est tout à fait absurde (…) et c’est un fardeau pour l’économie », s’est encore insurgé le président Obama, relevant que cette situation de blocage ne fait que nuire au commun des Américains.

Le Bureau de la gestion et du budget de la Maison blanche avait ordonné lundi soir aux administrations et agences fédérales jugées non essentielles de fermer leurs portes à partir de mardi, initiant ainsi la première fermeture du gouvernement aux Etats-Unis depuis 17 ans.

A Washington, des milliers de fonctionnaires fédéraux ont néanmoins fait le déplacement à leurs lieux de travail mardi matin pour tout simplement vider leurs bureaux et revenir chez-eux en milieu de journée.

D’autres employés fédéraux, à l’instar des gardes frontières, des gardiens de prison et des contrôleurs aériens, ont été appelés à travailler mais notifiés qu’ils risquent de ne pas toucher de salaires.

La fermeture du gouvernement fédéral touche aussi les parcs, monuments nationaux et musées qui ont ainsi fermé leurs portes mardi aux visiteurs à travers tout le pays.

Au total, quelque 800.000 fonctionnaires fédéraux jugés non essentiels, sur un total de plus de deux millions, se retrouvent actuellement en congé forcé et sans soldes, pour une période encore indéterminée pouvant varier de quelques jours à plusieurs semaines.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *