Examen du plan du quarette

L’Autorité palestinienne est prête à approuver, sous conditions, le plan de paix mis au point par les Etats-Unis et soutenu par le quartette, qui comprend outre les Etats-Unis, l’Union européenne, la Russie et l’ONU.
Ce plan, connu sous l’appellation de «feuille de route», est censé aboutir à la création d’un Etat palestinien souverain, sur plusieurs étapes à l’horizon 2005.
Le cabinet palestinien veut obtenir un calendrier précis pour l’application des clauses de la «feuille de route», le passage d’une étape à l’autre et le déploiement d’observateurs de l’ONU pour superviser l’ensemble du processus.
En attendant, l’Autorité palestinienne insiste pour que les prochaines élections, qui doivent se tenir au mois de janvier prochain, soient à la fois législatives et présidentielles afin que son Président, Yasser Arafat, ait toutes les chances d’être réélu et donc pour déjouer les manoeuvres américano-israéliennes qui visent la marginalisation du Président palestinien.
L’Autorité rejette aussi l’exigence américaine de nomination d’un Premier ministre palestinien à côté de Yasser Arafat accusé de couvrir les opérations suicides.
Israël, de son côté, tout en acceptant cette «feuille de route», exprime des réserves particulièrement sur le calendrier retenu pour la création d’un Etat palestinien qu’il considère contraignant.
Sur le terrain, l’armée israélienne s’est retirée de Jenine, en Cisjordanie. Cette localité a retrouvé peu à peu un semblant de normalité. Les enfants ont retrouvé le chemin des écoles. Les boutiques ont rouvert et les bulldozers ont commencé à déblayer les décombres des maisons détruites par Tsahal.
Au plan politique, le Likoud –parti d’extrême droite israélienne– annonce la tenue de primaires le 28 novembre pour designer qui de Sharon ou Netanyahou présiderait le parti, en perspective des législatives anticipées programmées pour le 28 janvier prochain.
Ce scrutin interne est important pour le Likoud donné favori pour remporter ces élections et son chef sera donc le futur premier ministre.
En face, le parti travailliste désignera son chef le 19 novembre. La course oppose l’ancien ministre de la défense, Benyamin Ben-Eliezer, au maire de Haïfa, Amram Mitzna, et le député Haïm Ramon. Nombre de Travaillistes reprochent à Ben-Eliezer d’avoir appartenu au gouvernement Sharon pendant 20 mois et d’avoir supervisé les principales répressions contre le peuple palestinien.
Au Caire, des représentants des Mouvements palestiniens Fatah et Hamas ont poursuivi des discussions pour coordonner leurs actions, en perspective de la création d’un Etat palestinien. «Ces discussions visent à unifier le front palestinien, soutenir l’Intifada et surmonter les difficultés existantes entre les deux partis afin de vaincre l’ennemi sioniste et réaliser la création d’un Etat palestinien indépendant». Les discussions qui ont commencé samedi soir vont se prolonger plusieurs jours. La question des attentats suicides à l’intérieur d’Israël est également évoquée durant ces discussions. Le Fatah essaie de convaincre le Hamas que les opérations suicides à l’intérieur d’Israël nuisent à la cause du peuple palestinien plus qu’elles ne les servent.
Cette rencontre est la première depuis 1995. Elle devrait notamment permettre de renforcer la cohésion palestinienne et d’unifier les efforts pour fortifier la résistance du peuple palestinien.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *