Gaza : fin de l’occupation

C’était hier soir qu’Israël devait retirer ses troupes de la bande de Gaza et mettre ainsi fin à 38 ans d’occupation de ce territoire, acte historique rendu possible par le maintien en l’état des synagogues des colonies.
Le gouvernement d’Ariel Sharon réuni dimanche a décrété à la majorité de ses ministres que ces édifices religieux ne seraient pas démolis par Israël, ce qui aurait pu retarder d’au moins 24 heures le retrait des troupes israéliennes. Les synagogues étaient les seuls bâtiments pratiquement encore debout des 21 colonies juives de Gaza après l’évacuation achevée le 22 août des 8.000 colons de ce territoire.
Les Palestiniens ont d’ores et déjà fait valoir qu’ils auraient préféré qu’Israël les démolisse.
«Les synagogues sont un symbole de l’occupation. Mieux vaut qu’Israël les détruise. Je sais qu’il s’agit d’une question sensible. Mais (si Israël décide de les laisser en place) personne ne peut s’engager à ce qu’elles soient préservées», a déclaré le conseiller palestinien pour la sécurité nationale Jibril Rajoub.
La Cour suprême saisie par le rabbinat de cette question sensible, après avoir pressé le gouvernement d’intervenir officiellement auprès de l’Autorité palestinienne et des instances internationales pour préserver ces bâtiments, avait finalement donné jeudi son feu vert à leur destruction. Dimanche matin, le cabinet a décrété à la majorité la fin de l’administration militaire en vigueur sur le territoire de Gaza depuis sa conquête en 1967.
Par cette décision, Israël a officiellement mis fin à l’occupation militaire de ce territoire et l’opération de retrait baptisée "Dernière Garde" devait débuter dimanche soir.
Le retrait de l’armée devait s’effectuer parallèlement de tous les secteurs de la bande de Gaza en l’espace d’une douzaine d’heures et s’achever lundi matin.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *