Ghazza face aux nouveaux raids

Des responsables des services de sécurité ont indiqué que deux hélicoptères d’assaut Apache ont d’abord tiré cinq missiles contre ce complexe situé dans le centre de la ville de Ghaza. Et de sources hospitalières, on indique que au 37 personnes au moins, en majorité des membres de ces services de sécurité, mais aussi des civils, ont été blessés. Les cibles de ces raids étaient des installations des services de renseignement militaires et de la Force-17, la garde personnelle du président Yasser Arafat situés à l’intérieur de ce vaste complexe, ont précisé des responsables des services de sécurité. Trois F-16 ont ensuite largué trois bombes contre d’autres bureaux situés à l’intérieur de cet ensemble de bâtiments. Six missiles ont atteint l’important complexe dans le centre de Ghaza, provoquant un incendie de plusieurs bâtiments et envoyant une épaisse fumée noire dans les airs. L’attaque est survenue au moment de la sortie des écoles et les rues étaient pleines d’enfants qui ont fui, paniqués. L’électricité a été coupée dans toute la ville.
Les missiles ont été tirés à plusieurs minutes d’intervalle et l’un d’entre eux a touché le complexe tandis que les pompiers tentaient d’éteindre l’incendie.
Ce raid fait suite à un autre raid de chasseurs F-16 dimanche soir contre un autre bâtiment des services de sécurité palestiniens à Ghaza, ainsi que deux attaques d’hélicoptères contre des cibles situées dans le nord de la bande de Ghaza. Il s’agissait de représailles à un attentat palestinien qui avait coûté la vie dimanche à deux jeunes soldates à Beersheba, dans le sud d’Israël.
Le premier ministre israélien Ariel Sharon, qui accuse le président de l’Autorité palestinienne Yasser Arafat d’être « directement responsable » des violences, a réuni dès son retour des Etats-Unis, dimanche, son mini-cabinet de sécurité, qui compte Shimon Peres (Affaires étrangères), Binyamin Ben Eliezer (Défense), ainsi que le chef d’état-major le général Shaoul Mofaz.
La « riposte » ne devrait pas tarder. « Le terrorisme suit une courbe ascendante, et cela ne peut pas continuer longtemps. Nous ne pouvons pas nous contenter de riposter, il faut s’attaquer à la source du terrorisme et éloigner Arafat », a, pour sa part, affirmé à la radio publique israélienne le ministre des Finances Sylvan Shalom. Et de son côté, l’ex-Premier ministre Benjamin Netanyahu a, dans une interview télévisée, tiré à boulets rouges contre Sharon lui reprochant «d’en faire trop peu (…) cette situation ne peut pas continuer. nous ne devons pas attendre que des roquettes tombent sur Tel-Aviv».

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *