Irak : regain de violence à l’approche du résultat du référendum

Le résultat final de cette consultation sur le projet de constitution doit être connu mardi ou mercredi avec la publication du décompte des voix de la province de Ninive, à majorité sunnite, qui déterminera si le texte est passé ou non.
Six Irakiens ont été tués et 23 autres blessés au cours des premières heures de la journée de mardi dans des attaques à travers le pays.
Pour la première fois depuis plusieurs mois, un attentat suicide à la voiture piégée a eu lieu dans le Kurdistan d’Irak, visant le convoi d’un responsable de l’Union patriotique du Kurdistan (le mouvement du président irakien Jalal Talbani). Deux gardes du corps ont été tués et six personnes ont été blessées.
Les attaques se sont intensifiées depuis samedi. Depuis mercredi dernier, ce sont plus de 100 personnes qui ont été tuées dans les violences.
Les pertes dans les rangs des militaires et civils assimilés américains se rapprochent de la barre psychologique des 2.000 morts depuis mars 2003.
Alors que les civils paient un lourd tribut dans cette guerre que se livre sans merci l’armée américaine et la guérilla, les attaques semblent se concentrer ces derniers jours sur des patrouilles américaines et de la police irakienne.
Les Occidentaux n’ont pas été épargnés par la violence: un triple attentat suicide quasi-simultané et spectaculaire a visé des hôtels habités par des journalistes et des employés au centre de Bagdad, faisant 17 morts. Ces attaques ont été les plus meurtrières dans la capitale irakienne depuis le référendum du 15 octobre et, selon une source de sécurité, "une catastrophe a été évitée de justesse".
Une brèche, causée par l’explosion d’une première voiture piégée, dans le mur d’enceinte des hôtels Palestine et Sheraton place Ferdaous, a permis à une bétonneuse remplie d’explosifs de pénétrer dans ce périmètre.
"Si la bétonnière piégée conduite par un kamikaze n’avait pas été stoppée à temps par les tirs nourris des gardes, elle aurait dévasté l’hôtel Sheraton", a affirmé la source de sécurité.
Une autre voiture piégée avait tenté auparavant de manoeuvrer à travers la brèche mais, prise sous le feu de gardes de sécurité, et a explosé à proximité d’un hôtel proche, selon l’armée américaine.
Ce regain de violence intervient alors que la Commission électorale indépendante s’apprête à annoncer mardi, ou au plus tard mercredi, un résultat global, non officiel, du référendum sur le projet de Constitution qui jette les bases d’un nouvel Irak.
Un résultat préliminaire portant sur 14 des 18 provinces montre que le projet a été rejeté, avec une majorité supérieure aux deux tiers, par deux provinces à majorité sunnite, Al-Anbar et Salaheddine.
Pour faire échouer le projet, la communauté sunnite majoritairement opposée au texte, surtout en raison du fédéralisme qu’il institue, doit réunir deux-tiers de non dans au moins trois provinces.
Tous les regards sont désormais tournés vers la province de Ninive.
Le président américain George W. Bush a affirmé que les Etats-Unis n’allaient pas intervenir dans le processus politique en Irak.
"Si la constitution est acceptée — et il semble bien qu’elle puisse l’être– il y aura une élection pour un gouvernement permanent et les Etats-Unis ne désigneront pas le gagnant", a-t-il déclaré dans une interview à la chaîne satellitaire Al-Arabiya lundi.
"Cela reviendra au peuple irakien. Notre mission sera d’encourager tous les gens à participer au processus électoral", a-t-il ajouté.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *