Israël fait la guerre à Hamas

Israël fait la guerre à Hamas

Après le sud, c’est au tour du nord d’être visé par l’offensive israélienne sur les territoires palestiniens. Pression également sur les dirigeants palestiniens avec des arrestations en série en Cisjordanie. Un cran supplémentaire a été franchi jeudi dans l’épreuve de force imposée au Hamas par Israël avec l’arrestation de huit ministres et 20 députés palestiniens, tous appartenant au mouvement islamiste. Ces arrestations constituent un nouveau degré dans les pressions croissantes exercées par Israël sur le Hamas et les autres groupes radicaux palestiniens pour obtenir la libération du caporal Shalit, enlevé en territoire israélien par un commando proche du Mouvement de la résistance islamique.
Le Hamas parle de déclaration de guerre et Ehud Olmert, le Premier ministre israélien, a annulé une réunion préparatoire en vue d’un prochain sommet avec le président palestinien Mahmoud Abbas. Le principal négociateur palestinien Saëb Erakat a, pour sa part, évoqué le danger d’un "effondrement total" de la situation dans les territoires palestiniens en raison de l’offensive de l’Etat hébreu.
L’occupant israélien, qui réoccupe une large part de la bande de Gaza, a intensifié ses pressions pour libérer le caporal enlevé dimanche. Tandis que des chars pénétraient dans le nord de la bande de Gaza, un hélicoptère israélien Apache a tiré un missile sur une fabrique d’armes présumée à Khan Younès. L’offensive terrestre lancée mercredi avant l’aube qui a reçu comme nom de code "Pluie d’été" s’est déjà traduite par d’énormes dégâts infligés aux infrastructures, notamment la destruction de l’unique centrale électrique de Gaza. Une trentaine de chars israéliens ont effectué une incursion dans le nord de la bande de Gaza, dans la nuit de mercredi à jeudi, ont indiqué des témoins.
Ajoutant aux tensions, le corps d’Eliahou Asheri, jeune colon israélien de 18 ans, lui aussi enlevé, a été retrouvé enterré près de Ramallah, en Cisjordanie. Il avait été tué d’une balle dans la tête, selon des responsables de la sécurité israélienne.
Les Comités de la résistance populaire, un groupe armé palestinien, ont menacé de tuer le soldat israélien qu’ils affirment détenir si l’offensive israélienne continuait, après voir revendiqué l’assassinat du jeune colon.
«Le Premier ministre israélien Ehud Olmert et le (ministre de la Défense) Amir Peretz seront entièrement responsables de la vie du soldat enlevé si l’agression se poursuit», a affirmé le porte-parole du groupe Abou Abir.
La branche militaire du Hamas, les Brigades Ezzedine al-Qassam, ainsi que deux autres groupes armés palestiniens ont exigé la libération par Israël de prisonnières et détenus mineurs palestiniens en échange d’informations sur le soldat enlevé, laissant entendre ainsi qu’ils le détenaient. Mais l’occupant israélien refuse toutes négociations avec les fractions palestiniennes.
Mark Regev, porte-parole du ministère israélien des Affaires étrangères, a assuré que les ministres et les parlementaires n’avaient pas été interpellés pour servir de monnaie d’échange, mais parce que l’Etat hébreu tenait le Hamas pour responsable des attaques contre Israël.


 Palestine à la merci l’Israël


Décidément, les dirigeants du Hamas sont tout, sauf des politiciens. En annonçant avoir reconnu le document de l’entente nationale, les islamistes croyaient qu’Israel ferait marche arrière. De la science-fiction. Récupérer le soldat enlevé n’est qu’une excuse pour l’occupant israélien. Une excuse pour mettre le feu au territoire palestinien et neutraliser le gouvernement formé par le Hamas. Et aussi sauver la face. Le gouvernement hébreu a été critiqué par l’opposition après les tirs de roquettes qui se sont abattues sur Israël. L’opposition a estimé que le cabinet d’Olmert n’a pas su assurer la sécurité pour ses concitoyens. En fin de compte, l’enlèvement du caporal israélien n’a fait que livrer à l’occupant les territoires palestiniens sur plateau en or.     

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *