Karazaï décroche 54,3% des voix

Karazaï décroche 54,3% des voix

Le président afghan sortant Hamid Karzaï recueille 54,3% des voix dans 95% des bureaux de vote, selon des résultats partiels annoncés samedi, alors que la lenteur du comptage et des nombreuses enquêtes pour fraude provoquent l’inquiétude de la communauté internationale. La Commission électorale indépendante (IEC) tiendra une nouvelle conférence de presse lundi, mais ne savait pas encore samedi si elle annoncerait à cette occasion les résultats de tous les bureaux de vote. Avec 54,3% des bulletins déclarés valides, M. Karzaï se maintient au-dessus de la barre des 50% permettant sa réélection au premier tour. Son principal rival, l’ancien ministre des Affaires étrangères Abdullah Abdullah, obtient 28,1% des voix. Depuis le lendemain du scrutin, M.Abdullah accuse M. Karzaï de fraudes à grande échelle. Même lorsque l’IEC, qui délivre des résultats au compte-gouttes depuis le 25 août, aura annoncé les chiffres de la totalité des bureaux, ces résultats resteront préliminaires et susceptibles de larges modifications.
Le nom du vainqueur ne sera définitivement connu que lorsque la Commission des plaintes électorales (ECC) aura annulé les votes frauduleux et achevé ses enquêtes sur les milliers d’irrégularités signalées. L’ECC a déjà averti que ses enquêtes pourraient continuer au-delà du 17 septembre, date-butoir théorique d’annonce du résultat final. Samedi, le champion de la lutte anti-corruption, Ramazan Bashardost, arrivait en troisième position (9,2%), suivi par l’ancien ministre des Finances Ashraf Ghani (2,7%). Le taux de participation, non dévoilé pour l’instant, devrait être faible à cause des pressions des talibans et de la désillusion des Afghans envers leur classe politique. Des diplomates occidentaux l’estiment à 30 à 35%. Pour Adrian Edwards, le porte-parole de la Mission de l’ONU en Afghanistan (UNAMA), «nous sommes arrivés à un stade où les fraudes sont devenues un trait caractéristique de cette élection». Les Afghans avaient voté le 20 août pour la deuxième présidentielle de leur histoire, entachée par une forte abstention, les intimidations des talibans et les fraudes signalées par les observateurs dans tout le pays. Des élections provinciales s’étaient tenues le même jour. Après l’annulation par l’ECC des bulletins de 83 bureaux de vote jeudi, l’IEC a prévenu vendredi que près d’un demi-million de bulletins supplémentaires avaient été mis de côté car suspectés d’être irréguliers. A ce rythme-là, les observateurs craignent que les enquêtes sur les possibles fraudes ne s’étendent sur des mois. «Tout le monde à ce stade est parfaitement conscient qu’il faut arriver à un résultat pour cette élection, et aussi vite que possible», assure M. Edwards. Les pays occidentaux se sont inquiétés cette semaine qu’un processus trop long pourrait profiter aux talibans, dont les violences atteignent des records depuis plusieurs mois et s’étendent désormais à tout le pays. «Nous ne pouvons pas préjuger du temps que tout cela va prendre, mais nous savons que l’hiver arrive», selon le porte-parole de l’UNAMA.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *