La Floride au centre de la présidentielle

La Floride au centre de la présidentielle

Dans le collimateur des deux candidats à la Maison-Blanche, la Floride a de quoi nourrir les passions. Poursuivant le ratissage des États qui peuvent faire basculer l’élection, George W. Bush et son opposant démocrate, John Kerry, courtisaient le week-end dernier la Floride, visitée plus de 20 fois depuis le début de la campagne.
Remporter les présidentielles aux Etats-Unis revient à mettre 270 grands électeurs à son actif. A elle seule, la Floride en compte 27, des grands électeurs, bien entendu. Soit 10 % de la totalité nécessaire pour remporter le scrutin.
Logique donc que cet État excite les appétences les plus voraces. D’autant plus que la Floride est le plus important des États qui ne sont, jusqu’à preuve du contraire, acquis à aucun des deux candidats. Au coude à coude, George Walker Bush et son challenger, John Kerry, savent parfaitement à quoi s’en tenir, au cas où l’un ou l’autre s’adjugerait cette part imposante des restes du gâteau.
En effet, considérée, à juste titre, comme la clé de l’élection présidentielle, la Floride donne une image claire sur le duel, disputé à couteaux tirés entre George W. Bush et son opposant John Kerry. L’un et l’autre faisant des mains et des pieds dans l’espoir de convaincre les indécis, ainsi que les victimes des ouragans, à deux semaines de la date fatidique du 2 novembre. Durant le week-end, les deux candidats ont repris leurs bâtons de pèlerins et se sont lancés dans un véritable ballet séducteur dans la région. Bush s’était rendu samedi à West Palm Beach, région touchée par deux ouragans en septembre. Pour sa part, Kerry était attendu dans la même ville dimanche et devait poursuivre son périple, le lendemain, à travers Orlando. Le président sortant devait, quant à lui, regagner la Floride lundi soir et mardi.
Le coude à coude entre George Walker Bush et John Kerry a été confirmé par plusieurs études d’opinion, dont deux tout récemment. Le sondage du «Washington Post», effectué auprès de 1.555 personnes, donne un léger avantage à Bush (50%) sur Kerry (47%). Léger car la marge d’erreur était estimée à trois points. L’autre étude a été réalisée par «Newsweek». Elle a concerné 1.004 personnes et sa finalité est quasi similaire à l’autre étude, à savoir 48% pour Bush et 46% pour Kerry, avec une marge d’erreur de 4 points.
En revanche, John Kerry peut se targuer d’avoir gagné le soutien ouvert de plusieurs journaux, dont l’influent «New York Times». En effet, dans un long éditorial, le «New York Times» a qualifié de désastreuse la présidence de Bush, tandis qu’il saluait « les grandes connaissances et la pensée claire » de Kerry, celles d’un « grand dirigeant ». Dans son édition de dimanche, le «New York Times» explique que les quatre années de présidence Bush sont un «désastre». « Nous sommes impressionnés par les connaissances étendues et la pensée claire de M. Kerry (…) Nous avons été impressionnés par les grandes connaissances et la clairvoyance de M. Kerry, surtout lorsqu’il était pressé de répondre dans les 2 minutes imparties par un voyant lumineux lors des débats. Il a clairement l’intention de revenir sur certaines décisions si la situation change », souligne l’éditorialiste.
Ainsi, après le ralliement du «New York Times», John Kerry se retrouve soutenu par 42 journaux, contre 22 mobilisés aux côtés de George Bush. Les résultats sont là, ils sont têtus. Rien que pour la seule journée de dimanche, 27 quotidiens ont pris position en faveur du sénateur démocrate, tandis que neuf apportaient leur soutien au président républicain, selon le recensement établi par «Editor & Publisher», une publication professionnelle consacré au secteur des médias. La différence, de taille, est significative et reflète l’opinion de personnes qui ont, plus que d’autres, une certaine vision de la réalité des choses, contrairement au simple citoyen américain, en proie aux médias à la solde de l’Administration qui l’endoctrinent, sans ménagement, à coup d’intoxication médiatique et de déformation de la vérité.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *