L’Afrique du Sud vote librement pour la 3ème fois

« Beaucoup de pays dégénèrent en dictatures après leur première élection, nous prouvons le contraire », a déclaré au Cap (sud-ouest) Desmond Tutu, prix Nobel de la Paix et figure mythique de la lutte anti-apartheid, au moment de mettre son bulletin dans l’urne.
La quasi-totalité des 16.966 bureaux de vote ont ouvert à l’heure, à 07H00 (05H00 GMT) et dans plusieurs d’entre eux, des files d’attente s’étaient déjà formées depuis plusieurs heures, signe que les quelque 20,6 millions d’électeurs inscrits prenaient ce scrutin au sérieux. « D’après ce que nous avons constaté aux premières heures, c’est très, très encourageant », a déclaré Brigalia Bam, présidente de la Commission chargée de l’organisation des élections. « Les files d’attente (devant les bureaux de vote) sont très longues à Pretoria et Johannesburg, et nous avons également reçu des informations de tout le pays sur l’extraordinaire enthousiasme » des électeurs, a-t-elle affirmé.
L’IEC espérait une participation supérieure aux 89,3% de 1999. Dix ans après les premières élections multiraciales et démocratiques de 1994 marquant la fin de l’apartheid, 20,6 millions d’électeurs doivent renouveler les 400 députés de l’Assemblée nationale – qui élira à son tour le chef de l’Etat le 23 avril – et les assemblées des neuf provinces du pays. Sept d’entre elles sont contrôlées par le seul ANC.
L’ANC devrait remporter (autour de 70% selon plusieurs sondages) une large victoire, assurant au président Thabo Mbeki, qui a succédé à Nelson Mandela en 1999, un deuxième mandat de cinq ans, son dernier aux termes de la Constitution. Le chef de l’Etat a voté dans la capitale Pretoria, quelques minutes après l’ouverture des bureaux.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *