Le Hamas lâché par les Arabes

Le Hamas lâché par les Arabes

L’autorité palestinienne au bord de la faillite, le Hamas persiste et les présages d’un naufrage, aux conséquences désastreuses, se précisent. Après le gel des aides européennes et américaines accordées aux palestiniens, la situation se corse pour le mouvement radical, vainqueur des élections législatives du 25 janvier 2006.
Le Hamas crie au chantage et se tourne vers les pays arabes dans l’espoir de trouver un soutien financier. Mais la première tournée à l’étranger du chef de la diplomatie palestinienne visant à briser l’isolement du gouvernement Hamas, a mal débuté au Caire, où il a été boycotté par les autorités égyptiennes alors que la Ligue arabe lui a demandé de reconnaître Israël.
Le ministre des affaires étrangères palestinien, Mahmoud Zahar, s’est entretenu samedi soir avec le chef des renseignements égyptiens, le général Omar Souleimane, qu’il a «informé de l’évolution de la situation dans les territoires palestiniens et en particulier de l’agression israélienne continue et de l’encerclement imposé par les autorités d’occupation au peuple palestinien», a indiqué l’agence égyptienne Mena.
Mais la visite officielle qu’il devait effectuer en Egypte avait été reportée. Le ministre égyptien des Affaires étrangères Ahmed Aboul Gheit a invoqué le «manque de temps» et «les engagements pris par les responsables égyptiens» pour justifier ce report.
Pour l’analyste égyptien Imad Gad, «le Caire a ainsi adressé un message clair, signifiant qu’en plus de son isolement international, le Hamas devra faire face à un isolement arabe s’il persiste dans ses positions idéologiques et dans son refus de reconnaître Israël».
Le principal objectif de la première tournée de M.Zahar à l’étranger est de réclamer une aide financière des pays visités, afin de renflouer le Trésor palestinien.
M.Zahar, qui a été reçu samedi par Amr Moussa, secrétaire général de la Ligue arabe, dont le siège est au Caire, et tenu une réunion à huis clos avec les délégués des Etats membres, s’est vu signifier d’adhérer à l’initiative arabe de paix, impliquant la reconnaissance d’Israël.
L’initiative arabe de paix, adoptée lors du sommet de Beyrouth en 2002, prévoit la normalisation des relations des pays arabes avec Israël, en échange d’un retrait israélien total des territoires arabes occupés en 1967 et l’établissement d’un Etat palestinien.
Selon M. Gad, jusqu’à présent les Arabes n’ont versé aucune contribution financière aux Palestiniens, malgré leur promesse au dernier sommet de Khartoum en mars de maintenir leur aide à 55 millions de dollars mensuels.
«Nous ne cherchons pas uniquement la poursuite de l’aide arabe, nous voulons l’augmenter car l’occupation (Israël, ndlr) nous interdit l’accès à 60 millions de dollars par mois», a indiqué M.Zahar.
Il faisait référence aux taxes douanières prélevées par Israël pour le compte de l’Autorité palestinienne, dont le versement a été gelé à la suite des élections législatives de janvier remportées par le Hamas.
Le gouvernement du Hamas fait face à une grave crise financière depuis que les Etats-Unis et l’Europe ont décidé de suspendre leurs aides directes. Les fonctionnaires palestiniens n’ont pas reçu leurs salaires du mois de mars.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *