Les USA appellent l’Otan à serrer les rangs

Les USA appellent l’Otan à serrer les rangs

Le secrétaire américain à la Défense, Leon Panetta, a appelé, hier mercredi, les pays européens à ne pas baisser la garde en les avertissant que les coupes budgétaires du Pentagone allaient affecter le financement des opérations de l’Otan par les États-Unis. Pour sa première visite en Europe depuis sa prise de fonction en juillet, à l’occasion d’une réunion des ministres de la Défense des pays membres de l’Otan à Bruxelles, M. Panetta a salué le rôle prééminent joué par certains pays européens, en particulier le Royaume-Uni et la France, dans le conflit en Libye. Il a qualifié l’opération «Protecteur unifié» de «remarquable» et a estimé qu’elle «marquait un nouveau chapitre pour l’Otan», l’alliance de 28 pays au sein de laquelle les États-Unis ont toujours joué un rôle clef. «Il y a eu un plus grand partage des tâches entre les États-Unis et l’Europe que dans le passé, en particulier pour une opération menée hors des rives européennes», s’est-il félicité. Mais, comme la plupart de ses collègues européens, M. Panetta a souligné que ce conflit, qui touche à sa fin, a mis en évidence les «lacunes» dans les moyens militaires disponibles, notamment sur le Vieux Continent. Il a notamment mis en exergue les déficits en terme de moyens de renseignement, de drones, de ravitaillement en vol des avions et de munitions. C’est grâce à l’appui apporté dans ces domaines par les forces américaines que la mission a pu être menée à bien, a relevé le secrétaire à la Défense. Mais, a-t-il averti, si les États-Unis restent totalement engagés au sein de l’Otan, leur politique militaire va être également affectée par les mesures de réduction des déficits lancées dans l’ensemble des pays occidentaux. «Certains assument que le budget américain de la Défense est tellement important qu’il peut absorber les chocs et combler les lacunes de l’Alliance, mais ne faites pas cette erreur. Nous sommes confrontés à de lourdes coupes qui vont avoir de réelles implications sur les capacités de l’Alliance», a-t-il déclaré au cours d’une conférence organisée par le Centre Carnegie. Le plan de réduction du déficit américain va réduire d’environ 450 milliards de dollars sur dix ans le budget du Pentagone, de loin le plus élevé au monde avec près de 700 milliards de dollars prévus en 2012. Cette baisse est «lourde mais gérable», a estimé M. Panetta. Mais il a prévenu que si le Congrès ne trouvait pas de nouvelles économies à faire d’ici la fin de l’année, le budget du Pentagone pourrait «faire face à des coupes supplémentaires qui seraient dévastatrices pour notre sécurité nationale comme pour la vôtre». La solution est, selon lui, d’accélérer le mouvement de concertation et de mutualisation au sein de l’Otan afin de réduire les coûts et de rendre les programmes plus «efficaces». «Nous ne pouvons nous permettre que des pays décident de réduire leurs forces dans le noir, laissant les voisins et les alliés dans l’ignorance», a-t-il dit.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *