L’espion anti-nucléaire israélien Vanunu libéré

Lors d’une conférence de presse improvisée à la porte de la prison, Vanunu a proclamé en anglais qu’il était « fier et heureux » d’avoir divulgué les secrets nucléaires d’Israël dans les années 80. Il s’agissait de ses premières déclarations publiques depuis son enlèvement en 1986 à Rome par le Mossad et son emprisonnement. Vanunu a affirmé que l’Etat hébreu « n’a pas besoin de l’arme nucléaire » et appelé le gouvernement israélien à ouvrir aux inspections internationales la centrale atomique de Dimona (sud), où il travaillait comme technicien avant sa fuite à l’étranger. Jusqu’à ce jour, l’Etat hébreu maintient toujours l’ambiguïté sur son programme nucléaire, affirmant simplement qu’il ne sera pas le premier à introduire l’arme nucléaire dans la région. Les experts militaires étrangers estiment toutefois qu’Israël dispose de 100 à 200 ogives nucléaires.
M. Vanunu avait été condamné en 1986 à huis clos pour « trahison » en raison d’informations sur la centrale de Dimona, où il travaillait, et de photos qu’il avait communiqué au journal britannique Sunday Times. En soi, cette conférence de presse d’un quart d’heure représentait un véritable fiasco pour les autorités israéliennes, qui avaient interdit à M. Vanunu de parler à des étrangers et voulait que sa libération se fasse le plus discrètement possible. M. Vanunu était attendu au moment de sa sortie de prison par quelque 300 sympathisants venus notamment de l’étranger, tandis que des activistes d’extrême-droite crachaient dans sa direction. M. Vanunu s’est converti au christianisme et a changé de nom, choisissant de se faire appeler John Crossman. Il a notamment affirmé vouloir vivre aux Etats-Unis. Mais il ne pourra pas réaliser ce projet dans l’immédiat en raison des restrictions draconiennes prises à son encontre par les autorités. Interdit de quitter Israël pendant un an, il devra, en outre, prévenir la police de ses déplacements et obtenir une autorisation préalable pour rencontrer des ressortissants étrangers.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *