Liban : toujours la guerre

Liban : toujours la guerre

Une nouvelle journée meurtrière au Liban. Au moins 33 civils ont été tués lundi dans des bombardements israéliens dans le sud et l’est du pays. Le bilan pourrait encore s’alourdir, alors que les secours ne pouvaient toujours pas accéder à des localités où les raids se poursuivaient.
Et plus de 40 personnes sont mortes dans une attaque contre le village frontalier de Houla, dans le sud du Liban, a annoncé le Premier ministre libanais Fouad Siniora, qui n’a pu retenir ses larmes lors de l’ouverture d’une réunion des ministres des Affaires étrangères de la Ligue arabe à Beyrouth.
«Il y a une heure, il y a eu un massacre horrible dans le village de Houla, où plus de 40 martyrs ont été victimes d’un bombardement délibéré», avait-t-il déclaré.
«Si ces actions horribles ne sont pas du terrorisme d’Etat, alors qu’est-ce que le terrorisme d’Etat?», a-t-il lancé, s’essuyant les yeux à plusieurs reprises et appelant les pays arabes à aider le Liban. «Les attaques israéliennes ramènent notre pays des décennies en arrière», a ajouté le Premier ministre libanais, applaudi par les chefs de la diplomatie de la Ligue arabe.
Les chaînes de télévision locales avaient auparavant fait état d’une quarantaine de personnes ensevelies dans les décombres de plusieurs maisons effondrées après un bombardement de l’aviation israélienne.
L’aviation israélienne a pilonné sans relâche le Liban, de l’est au sud du pays ainsi que la banlieue sud de Beyrouth, un bastion chiite du Hezbollah, tuant une vingtaine de civils, selon des bilans de la police, détruisant routes et maisons.
À Tyr, la cité portuaire à 83 kilomètres au sud de Beyrouth, complètement isolée du reste du pays, au moins cinq civils ont été tués dans l’effondrement d’un bloc de trois immeubles, cible de deux raids successifs, selon des secouristes.
Le bloc d’immeubles visé est situé dans le périmètre où un commando de la marine israélienne avait mené, samedi à l’aube, une "opération spéciale" au cours de laquelle Israël a reconnu avoir eu sept blessés dans ses rangs. Le Hezbollah a affirmé que ses combattants avaient tué un des membres du commando et en avaient blessé trois autres.
Seize personnes avaient auparavant été tuées depuis l’aube, notamment sept civils morts sous les décombres de leur maison détruite dans un raid sur Ghassaniyé, un village au sud de Saïda jusque-là épargné.
Des soldats de l’ONU à un poste près de Toula ont pour leur part fait état de tirs de roquettes du Hezbollah en direction d’Israël à deux reprises lundi depuis des positions proches de la base de la FINUL (Force intérimaire des Nations unies au Liban). L’armée israélienne a affirmé qu’elle vérifiait les informations concernant sur Houla, mais a réaffirmé que des avertissements avaient été adressés aux habitants de villages du Sud-Liban pour qu’ils quittent les lieux.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *