L’Inde et le Pakistan au bord de la guerre

Mardi, l’Inde a accusé des soldats pakistanais d’avoir volontairement tué trois civils au Cachemire après un violent échange de tirs entre les deux armées. Depuis Londres, le Haut-commissaire du Pakistan, Abdul Kader Jaffer, a quant à lui affirmé que son pays et l’Inde étaient désormais «très près» de la guerre. Il a ajouté que la communauté internationale devrait user de son influence pour désamorcer la crise auprès de l’Inde.
Interrogé sur l’éventuel recours au nucléaire, M. Jaffer a répondu que la situation était «vraiment dangereuse» et que le monde devrait en prendre conscience. «Je crois que personne ne devrait être autorisé à envisager l’utilisation d’armes nucléaires», a-t-il cependant assuré. Mardi, trois villageois ont été tués et sept autres blessés dans la région de Rajouri, le long de la ligne de contrôle entre les deux parties du Cachemire.
Plus au nord-ouest, dans le district de Doda, des militants islamistes présumés ont fait exploser un véhicule militaire, blessant 4 soldats indiens dont 2 grièvement. Soutenus – selon New Delhi – par Islamabad, ces séparatistes musulmans se battent depuis 1989 pour obtenir l’indépendance du Cachemire ou son rattachement au Pakistan.
Côté indien, les troupes ont aussi bombardé le long de la frontière, tuant une personne et faisant quatre blessés. «Les Indiens utilisent des mitrailleuses, des mortiers et visent les civils» a déclaré le sous-préfet de Bhimbher, Fayyaz Abbasi, indiquant que les villages les plus touchés sont Balewal, Kherowal et Malkay. Alors que le premier ministre indien Atal Bihari Vajpayee était attendu mardi à Jammu (capitale de la région sous contrôle indien) pour rendre visite aux blessés victimes de l’attaque du 14 mai dernier (34 morts), la population continuait à fuir les combats.
Plus de 20.000 personnes auraient déjà quitté les villages frontaliers du Cachemire. Là où, en dépit d’appels à la retenue formulés par la communauté internationale, les deux rivaux ont déployé un million de soldats.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *