Nouvel accord de paix au Libéria

Les clauses du nouvel accord de cessez-le-feu signé mardi par les représentants de la rébellion et ceux du gouvernement libériens, soulèvent un certain mystère : le président Charles Taylor est-il prêt à renoncer au pouvoir? Le plan approuvé au Ghana, sous l’égide des médiateurs de la CEDEAO, prévoit en effet, après l’arrêt des combats, la formation d’un gouvernement de transition où l’ancien chef de guerre élu à la tête du pays en 1997, n’a pas sa place… Jusqu’au 4 juin dernier, jour où il a été inculpé pour crimes de guerre en Sierra Leone, M. Taylor s’était toujours opposé à l’idée d’une telle évolution politique. Il avait même exclu toute reprise du dialogue avec le LURD et le MODEL -le Mouvement pour la démocratie au Libéria, apparu en mars- tant que cette inculpation, émanant du tribunal spécial installé par l’ONU à Freetown, ne serait pas levée. Par la suite, il s’est engagé à ne pas renouveler son mandat, qui expire en janvier 2004, si la justice l’oubliait, tandis que le dialogue reprenait au Ghana.
Dans quel contexte est donc intervenu l’accord d’Akosombo ? Le président a-t-il cédé à la pression de la communauté internationale, en particulier des Etats-Unis qui ont déployé un navire de guerre, le USS Kearsarge, au large du pays? A-t-il vraiment eu son mot à dire alors que le LURD est aux portes de la capitale et contrôle plus de la moitié du territoire ? « C’est un grand jour pour tous les Libériens. Le peuple du Liberia n’aura plus jamais recours aux armes pour résoudre ses problèmes », a lancé mardi Kabineh Ja’neh, représentant des Libériens unis pour la réconciliation et la démocratie. « Personne ne gagne une guerre, il n’y a que des perdants. A partir de maintenant, nous irons de l’avant », a renchéri le ministre libérien de la Défense, Daniel Chea.
Les deux camps doivent désormais discuter d’un accord de paix global qui est censé être finalisé dans les 30 jours, afin d’entamer le nouveau processus politique. Quant à Charles Taylor, il est toujours censé répondre de son rôle dans la guerre qui a secoué la Sierra Leone voisine…

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *