Périscope : Exaltation guerrière

L’hostilité n’a jamais été aussi forte entre les Etats-Unis et l’Arabie Saoudite. Avec un cynisme consommé et de plus en plus banalisé outre-atlantique, l’Amérique découvre enfin l’absence de démocratie et le non-respect des droits de l’homme à Ryad. «Nuke Mecca», ce qui veut dire «bombardez La Mecque», s’est même permis d’écrire un éditorialiste américain.
Un clash est-il possible entre les deux pays?
Dans sa panique, Washington voit des financiers du terrorisme partout à Ryad. Il nomme sept richissimes saoudiens, donateurs, qu’il accuse de financer Al-Qaïda. Les Etats-Unis, qui découvrent la haine dont ils font l’objet au sein du monde arabo-musulman, donnent l’impression, ou font semblant, de ne pas comprendre. Ils en concluent aussitôt, et à la manière des shérifs, qu’il faut faire l’exemple avec l’Irak pour intimider les autres Arabes. Mais il veut aussi agir sur les équilibres au Moyen-Orient. Les Etats-Unis disent haut et fort qu’ils vont engager une dynamique de démocratisation de l’ensemble du monde arabe, pour commencer. Rien que ça. Autrement dit, les Américains veulent non seulement débarquer manu militari Saddam Hussein, pour soi-disant démocratiser l’Irak, mais également élargir l’expérience à l’Arabie Saoudite, à l’Egypte, à l’Algérie, à tout le monde arabe. Ils veulent façonner ce monde arabe à leur image.
Passant d’un unilatéralement à l’autre, l’administration Bush troque le laisser-aller qui a toujours caractérisé sa diplomatie, tant qu’elle n’était pas agressée sur son propre territoire, contre la guerre tous azimuts, sur tous les fronts. Et, surtout qu’on ne vienne pas lui dire ce qu’elle ne doit pas faire. Qu’on ne lui fixe surtout pas des lignes rouges.
Pourtant s’attaquer aux Princes saoudiens relève de la plus grande des aventures.
Cette exaltation guerrière qui s’empare des Etats-Unis va faire des dégâts. Déjà, le pouvoir saoudien refuse totalement de laisser les Etats-Unis se servir de son territoire pour attaquer l’Irak. Malgré la pression exercée par Washington qui, selon des sources américaines, s’apprêterait à lui adresser un ultimatum, Ryad pense de plus à l’élimination des bases américaines de son territoire. À la veille d’une nouvelle guerre du Golfe, cette brouille ne surgit décidément pas au bon moment.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *