Poursuite des violences en Algérie

Des éléments armés, supposés appartenir au «Groupe salafiste de la prédication et du combat» (GSPC) ont attaqué, mardi matin , le bureau de poste de Aït Issa Mimoun à 14 km de Tizi Ouzou, emportant une somme de 400 millions de centimes, soit l’équivalent de 40 mille euros , rapporte mercredi la presse algérienne. Deux hommes agissant à visage découvert ont braqué la poste, sous la menace de kalachnikovs, au moment où cinq complices les attendaient dans un véhicule à l’extérieur. Plus d’une dizaine de hold-up du genre ont été commis durant les derniers mois dans la wilaya de Tizi Ouzou. Dimanche dernier, la cour criminelle de cette ville a condamné à la peine capitale par contumace un homme soupçonné avoir commis en juillet 2006, avec deux autres compères, un hold-up à l’agence postale de Jamaâ Sahrij qui leur avait rapporté 130 millions de centimes. La presse algérienne indique par ailleurs que trois terroristes ont été capturés lundi par les forces de sécurité au niveau de Oued Aïssi dans la wilaya de Tizi Ouzou. Agissant sur renseignement, les gendarmes avaient encerclé la maison où les mis en cause avaient pris refuge. Trois kalachnikovs avaient été récupérées, précise-t-on. Il  est signalé d’autre part que 22 personnes, soupçonnées d’appartenance ou de soutien à des groupes terroristes, ont été arrêtées par les services de sécurité ces derniers jours à Thénia dans la wilaya de Boumerdès. Ces arrestations interviennent suite à des renseignements recueillis auprès d’un élément capturé lors de l’opération, menée lundi dernier dans la commune de Si Mustapha, et qui a permis l’élimination d’un  émir, Halouane Amrane , chef de la «seriate El Arkam», agissant sous la bannière du GSPC, rapporte le journal «Le Jour d’Algérie». Pour sa part, «le Quotidien d’Oran » indique mercredi que 188 affaires de terrorisme seront jugées, lors de la session criminelle de la Cour de Boumerdès qui s’ouvrira samedi prochain. Elles font partie de 266 affaires criminelles inscrites au cours de cette session et dans lesquelles sont impliquées 611 personnes, dont 185 en détention et 311 en état de fuite.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *