Procédure judiciaire contre l’AKP menacé d’interdiction

Le procureur de la Cour de cassation Abdurrahman Yalçinkaya a soutenu pendant environ une heure et demie le bien-fondé de la procédure lancée contre le Parti de la justice et du développement (AKP, issu de la mouvance islamiste) lors d’une audience qui s’est déroulée à huis clos. M. Yalçinkaya n’a fait aucune déclaration aux nombreux journalistes à son arrivée ni à son départ de la Cour qu’il a quittée par une porte située sur l’arrière. Le procureur a déposé en mars un recours demandant l’interdiction pour activités « allant à l’encontre de la laïcité » de l’AKP, qui a rejeté ces accusations. Le procureur demande aussi que 71 membres de l’AKP, dont le Premier ministre Recep Tayyip Erdogan et le président Abdullah Gül, soient interdits d’appartenance à un parti politique pendant cinq ans. «La République laïque est aujourd’hui plus que jamais menacée (…) L’AKP se servira jusqu’au bout du takiyye (la pratique de dissimuler ses véritables convictions), jusqu’à ce que les objectifs d’un Etat inspiré du modèle islamique soient atteints», avait affirmé le procureur dans son réquisitoire écrit. Jeudi, les représentants de l’AKP comparaîtront à leur tour devant les onze membres du tribunal, là encore à huis clos, pour présenter la défense de leur parti. Après les auditions, le rapporteur du tribunal rédigera ses recommandations, puis un calendrier sera fixé pour les délibérations avant l’annonce du verdict, qui, selon l’AKP, ne devrait pas intervenir avant le mois d’août.
Une interdiction de l’AKP, hypothèse jugée la plus probable par la plupart des analystes, pourrait plonger la Turquie dans une crise politique et provoquer des élections législatives anticipées d’ici la fin de l’année. L’AKP est au pouvoir depuis 2002 et a remporté les élections législatives tenues il y a moins d’un an. Selon un sondage publié lundi, 43,3% des électeurs voteraient pour le parti au pouvoir si un scrutin était organisé aujourd’hui. Les juges pourraient aussi préférer condamner le parti et ses dirigeants à une forte amende. Si l’AKP est dissous, ses députés devraient former un nouveau parti. Ceux qui n’auraient pas la possibilité d’intégrer cette nouvelle formation, à l’instar de M. Erdogan, pourraient néanmoins se présenter en candidats indépendants à un scrutin anticipé.

• Burak Akinci (AFP)

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *