Un attentat était en préparation à Barcelone

Un groupe d’islamistes radicaux, majoritairement pakistanais, soupçonné de préparer un attentat à Barcelone, dans le nord-est de l’Espagne, a été démantelé samedi par la Garde civile, a annoncé le ministre de l’Intérieur.
Ce coup de filet, réalisé près du centre de Barcelone, a conduit à l’interpellation de 15 personnes, dont douze Pakistanais et deux Indiens, et a permis la saisie de composants servant à la fabrication d’explosifs. Cette opération est le fruit d’informations récoltées par le Service secret espagnol (CNI) et par des services du renseignement d’autres pays, a encore précisé le ministre. Les informations faisaient état de la «possible préparation d’une action terroriste sur le sol espagnol, plus précisément à Barcelone», a-t-il expliqué.
A la suite de ces renseignements, la Garde civile a rapidement «détecté un groupe organisé, soupçonné de s’approvisionner en matériel entrant dans la composition d’explosifs» et a décidé d’intervenir immédiatement, selon le ministre. Elle a mené des perquisitions dans cinq domiciles du quartier du Raval, près du centre de Barcelone. La Garde civile, qui a interpellé 14 personnes samedi matin, a arrêté dans la soirée le propriétaire d’une boulangerie-pâtisserie. L’homme, dont la nationalité n’a pas été divulguée, aurait environ 60 ans. «Le degré d’implication des 15 personnes arrêtées est variable et il est «probable» que certaines d’entre elles n’aient rien à voir avec le groupe démantelé», a ajouté M. Rubalcaba. Parallèlement, la France, le Portugal et le Royaume-Uni ont été prévenus par le CNI de risques d’attentats liés au prochain voyage en Europe du président pakistanais Pervez Musharraf, a rapporté le quotidien El Pais sur son site Internet.
Des cellules «itinérantes» composées principalement de «citoyens pakistanais» se prépareraient à commettre ces attentats qui viseraient aussi l’Espagne de «façon imminente», selon El Pais qui cite des sources proches du CNI.
Dans un rapport d’avril 2007, le CNI affirmait que la menace terroriste en Espagne était «haute» en raison des menaces précises formulées contre ce pays par la nébuleuse terroriste d’ Al Qaïda .
Depuis février 2007, date du début du procès des attentats islamistes du 11 mars 2004 à Madrid (191 morts, 1.841 blessés), le gouvernement espagnol maintient le niveau d’alerte terroriste à deux sur un total de trois, ce dernier n’étant «activé qu’en cas de menace réelle et concrète».

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *