Un gouverneur au coeur d’une affaire de moeurs

Le gouverneur de l’Etat de New York, le démocrate Eliot Spitzer, alias «le sheriff de Wall Street» qui se faisait fort de moraliser les mœurs politiques locales, était aux prises lundi avec un scandale sexuel qui risque de lui coûter son poste.
Selon un article du New York Times, ce partisan d’Hillary Clinton dans la course à l’investiture démocrate pour la Maison- blanche serait lié à une prostituée de haut vol à 1.000 dollars l’heure. Cet homme marié de 48 ans, considéré comme une étoile montante du Parti démocrate, aurait été piégé par le FBI à six reprises au moins les 12 et 13 février en train d’organiser un rendez-vous avec cette jeune femme dans un hôtel de Washington.
D’après les écoutes du FBI, il serait l’homme désigné par l’enquête judiciaire sous le nom de «client n°9» qui a utilisé le 3 février la chambre n° 871 d’un hôtel de la capitale fédérale et versé à une prostituée de nationalité américaine, une très jolie brune prénommée «Kristen», la somme de 4.300 dollars pour services rendus et à titre d’acompte.
Spitzer a présenté lundi des excuses à sa famille et à ses administrés pour «une affaire privée» non précisée, sans faire la moindre allusion aux allégations du New York Times sur sa possible implication dans un réseau international de prostitution sur lequel enquêtent les autorités fédérales. Il s’est également gardé d’évoquer une quelconque démission. Quelque temps auparavant, la chaîne de télévision Fox News avait annoncé que le gouverneur pourrait quitter son poste où il a été élu en novembre 2006. D’après le site internet du Times, Spitzer aurait été «piégé» en tentant d’organiser une rencontre en février avec une prostituée dans un hôtel de Washington. Le chef de file de la minorité républicaine à l’assemblée de l’Etat de New York, James Tedisco, a immédiatement réclamé la tête du gouverneur.
«Son refus d’opposer un démenti aux accusations portées contre lui mène à une conclusion inévitable: l’homme a déshonoré à la fois la fonction qu’il occupe et tout l’Etat de New York», a-t-il dit. «J’ai agi d’une manière contraire à mes devoirs envers ma famille et à mon sens du bien et du mal», a expliqué l’intéressé, flanqué de son épouse, lors d’une conférence de presse très suivie. «Je présente d’abord et surtout mes excuses aux miens. Je le fais aussi envers mes administrés qui attendaient certainement mieux de ma part. Je suis déçu de ne pas avoir respecté les règles que je m’étais fixées pour moi-même. Il me faudra un certain temps pour retrouver la confiance de ma famille», a-t-il dit, sans plus d’explications sur cette «affaire privée» et en refusant de répondre aux questions des journalistes.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *