Zapatero estime que l’enquête sur le 11 mars démonte les thèses de la droite

"Pendant deux ans, nous avons supporté avec patience des insinuations abominables, des cabales sans fondement et des conspirations inventées", a déclaré au journal El Mundo (centre-droit) M. Zapatero, qui célèbre lundi le second anniversaire de sa prise de fonctions.

Le juge Juan del Olmo a bouclé le 11 avril son enquête sur les attentats de Madrid (191 morts), en concluant à la responsabilité d’une cellule terroriste locale inspirée du réseau Al-Qaïda, dont il a inculpé 29 membres, sans faire aucune mention d’autres éventuelles complicités.

Le gouvernement conservateur de José Maria Aznar avait perdu les élections législatives du 14 mars 2004, trois jours après les attentats qu’il avait  attribués à l’ETA au détriment de la piste islamiste, électoralement périlleuse  pour lui en raison de son engagement militaire controversé en Irak.

Le Parti populaire (PP, droite), relayé par El Mundo, n’a depuis cessé  d’accuser le gouvernement Zapatero d’occulter une partie de la vérité sur ces attentats, en suggérant qu’ils auraient été téléguidés par les indépendantistes  basques de l’ETA ou le Maroc afin de précipiter sa défaite électorale.

"Ils sont incapables de digérer leur défaite. C’est pour cela qu’ils  pensent tellement au 11 mars", a commenté M. Zapatero dans son entretien fleuve accordé au directeur d’El Mundo.

"La vérité, c’est que les Espagnols ont estimé que le PP méritait de perdre les élections et le Parti socialiste de les gagner", a-t-il ajouté.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *