Guerre de communiqués entre Harakis

Guerre de communiqués  entre Harakis

Qu’est-ce qui se passe réellement au Mouvement populaire ? Il faut dire que la dernière sortie du secrétaire général du MP (majorité parlementaire), Mohand Laenser, n’a pas réussi à contenir la tension au sein de cette formation politique. Quelques heures seulement après la conférence de Laenser, un ancien secrétaire d’Etat «haraki» a publié un communiqué.

Said Oulbacha qui fut secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’emploi chargé de la formation professionnelle sous le gouvernement de Jettou a démenti les informations sur sa démission. Oulbacha qui se trouve à la tête d’un courant «réformiste» dans le parti explique qu’il reste toujours militant au sein du Mouvement populaire en dépit d’une lettre de démission en son nom il y a plus de trois ans.

«J’ai démissionné uniquement de mes fonctions au sein des instances du MP et non pas de tout le parti», a t-il dit. Selon les explications de son entourage, la démission de l’ancien responsable gouvernemental était intervenue juste après l’annonce du gouvernement Benkirane I en protestation contre les choix des candidats effectué par Laenser à l’époque. Mais Oulbacha n’est pas le seul à publier des démentis.

Le Syndicat populaire des salariés (SPS), proche du parti de l’épi, a également diffusé un communiqué. Hassan Mardi, secrétaire général du SPS et membre du conseil national du MP, a réfuté les rumeurs sur une dissidence au sein du syndicat. «Tous les bureaux et sections du SPS travaillent aux côtés de la direction actuelle ainsi que les bases du Mouvement populaire.

Toutes les informations concernant le ralliement de l’une de nos sections au courant réformiste de Said Oulbacha sont totalement fausses», lit-on dans le démenti publié par le bureau national du syndicat. Des rumeurs avaient circulé ces derniers jours sur l’adhésion du bureau syndical régional de Casablanca à la fronde. A noter que le MP vit une situation très tendue depuis plusieurs mois. La course à la succession de Mohamed Ouzzine à la tête du ministère de la jeunesse et des sports a ravivé la tension au sein du parti.

Une tension qui a atteint son paroxysme à la veille du dernier congrès national du parti de l’épi où plusieurs cadres et élus du MP avaient été renvoyés. Le dernier congrès de la jeunesse harakie s’est également déroulé sous haute tension. Mais en dépit de ce clivage, Mohand Laenser garde la confiance de ses alliés au gouvernement.
Le chef de l’Exécutif Abdelilah Benkirane a récemment affiché son soutien au secrétaire général du Mouvement populaire.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *