Casablanca : La médiation dans les conflits familiaux

La promotion de la médiation familiale au Maroc a été au centre d’une rencontre de sensibilisation tenue vendredi  2 mai à Casablanca avec la participation d’ONG, de membres du corps de la magistrature, d’avocats et autres praticiens notamment des psychologues. Ancrer la pratique de la médiation en tant que moyen alternatif dans la solution des litiges familiaux et renforcer les capacités des centres d’écoute en matière de gestion des conflits au sein de la famille, figuraient au centre de cette réunion, initiée par l’Association marocaine de lutte contre la violence à l’égard des femmes, l’ONG internationale Search For Common Ground au Maroc avec le soutien de l’ambassade des Pays-Bas à Rabat. L’initiative de promouvoir la médiation familiale vient accompagner les réformes entreprises au Maroc qui ont concerné notamment le code de la famille, celui de la procédure civile et s’inscrit dans la droite ligne du renforcement de la législation nationale par la loi sur la médiation du 24 juillet 2007, ont souligné plusieurs animateurs de cette rencontre. Les participants ont également passé en revue le travail accompli depuis le lancement du projet de médiation familiale entamé, en octobre 2007, avec une formation pilote en techniques de médiation, poursuivi avec deux ateliers pour renforcer les compétences et approfondir les techniques déjà acquises et couronné par la sélection d’une dizaine de personnes pour bénéficier de la formation des formateurs. Ils ont, en outre, discuté du rôle des Centres d’écoute et d’orientation juridique et de soutien psychologique pour femmes victimes de violence dans la promotion de la médiation familiale tout autant que du guide élaboré dans ce sens sur la base des sessions de formation des «médiateurs» et dont les grandes lignes ont été présentées à l’occasion. Le document qui définit la médiation familiale comme méthode de solution des conflits à l’amiable et par le dialogue sans recourir à la justice et série également les qualités du médiateur qui doit être impartial, neutre, avoir une capacité d’écoute et de communication et fin diplomate. La mission de médiation peut être accomplie par les juristes, les psychologues tout autant que par les éducateurs autres travailleurs sociaux à la condition qu’ils aient suivi une formation appropriée aux techniques de médiation.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *