Dakhla : engager les femmes dans la gestion de la chose politique

Dakhla : engager les femmes dans la gestion de la chose politique

C’est sous le thème «La femme, acteur de développement et pilier de la bonne gouvernance» que s’est tenue la 2ème rencontre de la femme et les perspectives d’avenir organisée récemment par l’association «Nos enfants pour la solidarité et l’action sociale». Cette rencontre, qui a connu la participation de politologues, acteurs associatifs et femmes élues de la région, a constitué un espace de dialogue, d’échange et de partage d’expériences entre les femmes participantes. «Cette rencontre a offert une occasion pour faire connaître l’expérience accumulée par la femme sahraouie dans différents domaines dans les provinces du sud et sa participation active au processus de développement économique, social et démocratique que connaît notre pays, sous la conduite éclairée de SM le Roi Mohammed VI», a signalé Syatou Dlimi, présidente de l’association organisatrice. Et d’ajouter que le Maroc s’apprête aujourd’hui à tourner la page de l’exclusion des femmes dans la gestion de la chose locale et de se mettre en cohérence avec les acquis et les avancées réalisées dans notre pays dans le domaine de l’égalité entre les hommes et les femmes, ce qui va ouvrir de nouveaux horizons au profit de la femme, d’où l’idée d’organiser cette rencontre. A cette occasion, les participantes ont réitéré la fierté de la femme sahraouie de sa marocanité et sa mobilisation constante pour la défense des valeurs sacrées de la nation, ainsi que son attachement indéfectible à l’initiative d’autonomie proposée par le Maroc pour régler définitivement la question du Sahara. Par ailleurs, la rencontre a été marquée par l’organisation d’ateliers et de communications sur «L’action féminine, pilier d’une société moderne et un appui à la bonne gouvernance», et «L’intégration de la femme, un enjeu démocratique et de développement». Dans ce cadre, les participants au colloque ont lancé un appel aux partis politiques afin qu’ils ouvrent largement leurs portes aux femmes et qu’ils présentent le plus grand nombre possible de candidates. Les participants ont aussi appelé les associations féminines à montrer plus d’engagement pour encourager et soutenir les femmes candidates et contribuer ainsi au développement de leur région. Il est à signaler que la présence remarquable de la femme sahraouie dans la gestion de la chose locale dans les provinces du Sud et sa participation dynamique au processus de développement dans ces provinces ont été mises en relief par les participants qui ont attiré l’attention sur les souffrances des femmes des camps de Tindouf et les formes d’abus et d’exploitation dont elles sont victimes.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *