Guelmim-Smara : 294 MDH pour la résorption de l’habitat insalubre dans la région

Guelmim-Smara : 294 MDH pour la résorption de l’habitat insalubre dans la région

Dans le cadre du programme national «Villes sans bidonvilles», le ministère de l’Habitat, de l’Urbanisme et de l’Aménagement de l’espace a consacré une enveloppe de 294,75 millions de dirhams au relogement des familles des bidonvilles de la région Guelmim-Smara. Selon les données publiées par la délégation régionale de l’habitat de Guelmim, quelque 89,60 millions DH seront destinés au soutien des familles qui prennent en charge la construction de leur logement. Ce programme concerne cinq mille familles, dont 4800 habitent aux quartiers Lakuiz et Rbib à Smara et 200 autres se trouvant à Tan-Tan et Lwattya, alors que la construction de 56 logements a démarré au mois de février. Selon la délégation, près de 75% des travaux qui ont démarré en 2008, pour l’aménagement et l’équipement des quartiers Lakuiz et Rbib ont été réalisés, sur une superficie de 148 hectares. Quelque 90 % des travaux de construction de 144 logements ont été réalisés dans la préfecture de Lwattya et 56 autres à Tan-Tan. Smara qui devait être déclarée en début de cette année «ville sans bidonville» a pris du retard à cause de la nature géologique du sol de la région qui a rendu nécessaire des travaux d’assainissement, ce qui a retardé le relogement des familles, a expliqué l’inspection régionale. La déclaration de Smara «ville sans bidonville» est prévue à la fin de l’année 2010. Ces deux villes vont rejoindre le train des villes du sud du Royaume déclarées villes sans bidonvilles. Pour rappel, Laâyoune a été déclarée en juillet 2008 ville sans bidonville, après le relogement des habitants des campements Al-Wahda, dans le cadre d’un nouveau programme d’habitat et d’urbanisme, doté d’une enveloppe budgétaire de près 1,42 milliard DH. A Boujdour, 5507 ménages (soit plus de 27 mille personnes) habitant les campements Al-Wahda ont bénéficié de lots de terrain équipés de 108 à 120 m2 et d’appui financier pour construire leurs nouvelles demeures au sein de lotissements qui ont connu la programmation de plusieurs équipements de proximité (écoles, centres hospitaliers et autres équipements sociaux et administratifs). Le recasement des habitants des campements Al-Wahda à Boujdour qui s’inscrit dans le cadre du programme national «Villes sans bidonvilles», s’est fait sur une superficie de près de 213 ha et a nécessité une enveloppe budgétaire de près de 340 millions DH. Concernant la ville de Dakhla qui a été la deuxième ville du Sud déclarée sans bidonvilles, elle a abrité par le passé deux grands quartiers dans lesquels fut concentré l’habitat insalubre. Il s’agit du camp Al-Wahda et Lahrait avec plus 6000 familles, et qui ont obtenu chacun des lots de terrain équipés, en plus d’un soutien financier estimé à 16.000 DH, et une aide constituée de 5 tonnes de ciment et d’une tonne de fer ainsi que d’un accompagnement technique à chaque étape de la construction.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *