La radio Oujda primée par Noujoume Bladi

La radio Oujda primée par Noujoume Bladi

«Le handicap physique n’a jamais été un obstacle à la créativité. Bien au contraire il est un stimulant en mesure de transcender toutes les passions si on arrive à le canaliser vers un objectif précis». C’est en ces termes que Samir Benhatta commente  la consécration de son programme radiophonique «Promenades d’auditeurs» qui vient de recevoir les félicitations de la commission d’arbitrage  du concours  initié par la fondation Noujoume Bladi. Un prix réservé aux émissions de la Société nationale de radiodiffusion et télévision. Un encouragement qui vient à point nommé pour redorer le blason terni d’une station régionale qui a brillé par le passé et qui est en train de prendre des ailes après un passage à vide qui a duré toute une décennie. C’est aussi un stimulant de taille pour encourager ce jeune producteur et speaker qui malgré le handicap physique ne s’est jamais arc-bouté sur son sort. Le programme «Promenades d’auditeurs» qui est diffusé chaque mercredi entre 11h et midi est un programme de concours et de variétés destiné au large public avec interpellation et implication des auditeurs. Le principe pour Benhatta est simple. «C’est de déclencher une discussion conviviale sur le quotidien d’un ouvrier au travail, une femme au foyer ou un jeune en quête d’emploi avec franchise mais sans insolence. C’est aussi une opportunité pour débattre des idées considérées comme tabous mais qui ont besoin d’être éclaircies». Pour Benhatta, l’auditeur cherche à s’impliquer davantage dans ce qu’il entend d’où la nécessité de lui offrir un produit dans lequel il se reconnaît.
Sur sa reconversion en animateur radiophonique alors qu’il était prédestiné à une carrière de juriste, Benhatta rapporte que,  dès son enfance, et au lieu de jouer avec les enfants de son âge, il préférait s’installer dans un coin calme et réaliser des émissions qu’il enregistrait dans son propre magnétophone qu’il faisait entendre à ses camarades. «J’avais une telle passion pour tout ce qui est journalisme à tel point que mes vedettes n’étaient ni des sportifs de renommée internationale ou artistes célèbres mais des journalistes qui peuplaient mon imagination». Au fait, l’arrivée d’une nouvelle génération d’animateurs et de producteurs a donné plus de vivacité aux  studios de la  station régionale d’Oujda qui avait besoin d’un sang nouveau pour assumer son rôle médiatique dans une  région en pleine mutation. Aussi, la prise en main de la station par son nouveau directeur Abdelhafid Kadiri a permis à tout un groupe de jeunes journalistes de peaufiner leur savoir-faire  en se rapprochant de plus en plus de leurs auditeurs. Ainsi le concert  « Radio Oujda » en dialecte local était né, et avec lui un esprit de camaraderie et de responsabilité qui a placé tout le monde sur de bons rails. Dans cette ambiance d’amitié et de confiance, Samir Benhatta a su, en quatre ans d’expérience derrière le micro,  comment   se frayer une place de choix auprès de ses éditeurs. «Je n’ai pas de secret à part le fait de bien préparer mes émissions et d’être attentif à toutes les propositions des auditeurs», répète-t-il à ceux qui veulent savoir comment il fait pour drainer  un grand nombre d’auditeurs à ses émissions.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *