Le Moussem de Tan Tan sous les feux de la rampe

Le Moussem de Tan Tan sous  les feux de la rampe

Déclaré depuis 2005 chef-d’œuvre du patrimoine immatériel de l’humanité par l’Unesco, le Moussem de Tan Tan revient cette année du 4 au 9 septembre avec une programmation aussi riche que variée.

Cet événement, dédié au patrimoine immatériel du Maroc saharien, rend hommage à l’ingéniosité de la culture beïdane nomade, comme le rappelle un communiqué des organisateurs. Son but, contribuer à la sensibilisation du public au profit de la préservation et de la valorisation de cette composante de la culture marocaine riche en expressions orales et artistiques.

Sans compter que ce legs est d’autant plus précieux qu’il est le fruit d’une multitude de savoir–faire, de gestes ancestraux et de techniques que les femmes et les hommes de ces territoires se sont transmis de génération en génération.

L’organisation de ce moussem témoigne de l’importance majeure de l’héritage culturel Hassani, lequel est considéré comme un patrimoine de valeur, une mémoire culturelle, une réalité civilisationnelle et un levier de développement à même d’imprégner le nouveau modèle de développement régional dans les provinces du Sud.

Cette nouvelle édition prévoit ainsi plusieurs colloques sur le patrimoine Hassani et la culture des nomades, notamment «La culture Hassanie : l’un des principaux afflux de l’identité nationale au regard de la nouvelle Constitution du Royaume du Maroc», par Abdelaziz El Jazouli,  «Le rôle de la culture dans le développement économique et social des provinces du Sud du Royaume», par Mustapha Naïmi, «Les moyens et les mécanismes de préservation du patrimoine culturel immatériel au Sahara», par Ahmed Skounti, «Concilier traditions orales et méthodes modernes pour enseigner la musique Hassanie», par Ahmed Aydoun,  et «La fonction de la poésie dans la société pastorale», par Mohammed Adiouane.

Le programme prévoit également une exposition mettant en lumière d’une part les activités génératrices de revenus (AGR) et d’autre part l’artisanat du Maroc saharien. Sans oublier les incontournables parades de dromadaires, fantasia et autres soirées artistiques animées par des troupes folkloriques régionales et nationales ou dédiées à la poésie locale.

A noter que l’autre volet de ce moussem porte sur l’encouragement à l’investissement dans cette région. En parallèle des colloques consacrés à ce sujet seront également organisées des visites sur le terrain de certains projets lancés dans la province de Tan Tan, notamment celui de la nouvelle station balnéaire Chbika.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *