Nador: Abderrahmane Sqali expose au complexe culturel

Nador: Abderrahmane Sqali expose au complexe culturel

Le complexe culturel de la corniche abrite depuis le 27 janvier et jusqu’au 10 février l’exposition des tableaux d’Abderrahmane Sqali, artiste-peintre marocain vivant en Belgique et ayant su reprendre avec doigté des référentiels culturels de son pays d’origine. Au fait, paysages naturels, visages de personnages historiques ou patriotiques, femmes marocaines dans leur diversité culturelle et tableaux surréalistes, entre autres, meubleront durant quinze jours les halls d’exposition du complexe culturel. Une exposition initiée par la délégation régionale du ministère de la culture à Nador et l’Association Ilmasse pour la culture amazighe. Intervenant lors du vernissage de l’exposition qui a eu lieu vendredi après-midi, Abdelhafid Bedri, délégué du ministère de la culture, a expliqué que cette exposition  reflètait l’intérêt particulier qu’accorde la délégation de Nador à l’animation artistique de la ville. Il a aussi rappelé que l’art plastique, en particulier, et l’ensemble des arts expressifs, ne peuvent aspirer à la dimension universelle sans l’apport des ateliers de formation et la concurrence entre les différents artistes. «Tant que les expositions se multiplient à un rythme soutenu et que les artistes échangent leurs expériences respectives, tout en accordant plus de temps aux artistes en herbe, la qualité de l’exécution ne peut que s’améliorer», a-t-il souligné. De son côté, Saïd Moussaoui, de l’Association Ilmass, a noté que Sqali est l’exemple même de l’artiste marocain immigrant en Europe resté fidèle à ses origines et qui a su valoriser la symbolique artistique de son pays. «A travers ses tableaux, c’est le Maroc dans sa pluralité artistique qui est mis en exergue. Ce sont aussi les couleurs chatoyantes de la nature de son pays et de son terroir qui fusionnent avec l’apport des courants européens tels le surréalisme et le dadaïsme». C’est ce que reflètent les tableaux de cet artiste qui a adopté deux types de teintes exaltantes : le noir et blanc ou ce qu’il préfère qualifier de clichés qui témoignent de la dureté de la vie ou de la simplicité du quotidien. En parallèle, il exploite la diversité des couleurs pour reprendre la lumière des paysages de son pays natal. Entre les ksour du Sud, l’habitat spécifique du Rif, la nature dans sa complicité avec les attentes des Hommes, les couleurs fusionnent à l’infini. 
«Dans cette exposition j’ai essayé de retracer mon expérience artistique. Un rapport qui se veut le reflet de mon appartenance à un pays qui m’a vu naître et qui est ma première source d’inspiration. Aussi pour marquer mon ouverture sur d’autres horizons et d’autres écoles européennes qui m’ont permis de toucher un public habitué à classer les œuvres artistiques dans des courants spécifiques», précise Abderrahmane Sqali. Et d’ajouter: «Dans cette exposition mes œuvres sont classées par thématique: le volet esthétique, la nature expressive, les espaces naturels, les caricatures et les créations surréalistes».

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *