Sefrou : La ville fête les cerises

La cérémonie de couronnement de Miss Cerisette s’est déroulée vendredi dernier  au patio de la municipalité de Sefrou en présence de nombreuses personnalités. Une délégation  de journalistes espagnols était également présente dans le cadre du 20ème Congrès des journalistes méditerranéens qui se tient à Fès.
Parmi 24 candidates, Khadija Zerrou, 22 ans et séfriouie par naissance, a été élue Miss Cerisette, reine du festival et ce après plusieurs sélections.  «Grâce à mes parents, j’ai mené une enfance heureuse, je suis l’aînée de trois garçons», nous confie l’heureuse élue.
La coqueluche de cette famille séfriouie a réussi à forger d’autres dons. Elle écrit des poèmes Zajal, entre autres. «Un jour, le grand Taïeb Laâlej a lu un de mes poèmes et m’a proposé de participer au Festival des musiques sacrées de Fès», dit-elle avec une fausse modestie. Au lycée Touria Sekkat de Fès, elle faisait ses premiers pas dans le théâtre. Miss Cerisette 2007 a toujours été active. Elle a effectué plusieurs stages et  vient récemment d’aborder  un stage en tant qu’assistante de direction. Pour ce qui est de ses projets, elle nous révèle qu’elle a déjà reçu des offres de la part d’une maison de couture anglaise. Sans en préciser ni le nom ni les contours. Elle a également exprimé son souhait de tenir des rôles dans des films, si des propositions dans ce sens lui seraient faites.
Apparemment, l’univers de la mode et du septième art ouvre ses portes pour Kahadija Zerrou qui a toujours rêvé des caméras et des films même si elle affirme être lasse des projecteurs et des flashes lors de cette fête de couronnement. Dur d’être une star, ne fut-ce que pour quelques heures !
Le festival a certes élu sa reine, mais il a aussi permis aux visiteurs d’assister à des animations quotidiennes à caractère artistique, culturel et sportif. En outre, une grande foire a été mise en place pour exposer les potentialités économiques et touristiques de la ville. Et par la même occasion, exposer et vendre les différentes variétés de cerises cultivées à Sefrou et ses environs. Certainement, Sefrou, « l’oasis sans palmiers », a de quoi attirer les investisseurs pas seulement en confiture et en gelée de cerises.
Cette ville, avec plusieurs atouts dont sa situation géographique proche de Fès, sa richesse en sites naturels multiples (Forêt Tafeggight, grottes, Jbel Taffert…), son circuit de plans d’eau naturels (Oued Agay, Dayet Afourgagh, Dayet Iffer…), ses sources (Aïn Soltan,  Aïn sebou, Aïn Reggada..), la disposition de son sol à l’arboriculture, est prédisposée à devenir une station touristique de grande renommée. Elle pourrait surtout devenir l’un de ces hauts lieux pour le tourisme de montagne.
Le temps d’un festival, l’un des plus vieux du Maroc, Sefrou était au centre de l’attention des médias nationaux et étrangers. Ses habitants espèrent qu’il ne s’agirait pas là, encore une fois, d’un intérêt éphémère qui s’éclipserait avec la fin de ce festival.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *