Souss-Massa-Draâ : la chasse, un secteur porteur

Souss-Massa-Draâ : la chasse, un secteur porteur

Le montant global des recettes annuelles de la chasse, recouvré au niveau de la région du Souss-Massa Drâa, est de l’ordre de 2,035 millions DH, dont 34% reviennent à la chasse touristique, selon la direction régionale des eaux et forêts et à la lutte contre la désertification.

«L’activité de la chasse contribue à la création de l’emploi dans la région. En effet, elle offre plus de 150 postes d’emploi fixes et plus de 15 mille journées de travail saisonnier, en plus de 1.000 journées de chasse organisées au profit des touristes cynégites», précise un communiqué de cette direction à l’occasion de l’ouverture, dimanche, de la saison de la chasse.

Le document fait observer que les conditions climatiques ayant sévi dans la région la dernière saison ont été relativement défavorables au développement du couvert végétal, ce qui a sensiblement affecté l’état du biotope du gibier et sa reproduction.

La gestion de cette activité selon un concept de durabilité rentable impose la mise en réserve de certaines zones avec un patrimoine faunistique à haute valeur comme la gazelle et le mouflon.

Dans l’objectif d’organiser, promouvoir et développer durablement ce sport dans la région, la chasse est amodiée sur 30 lots qui couvrent une superficie de plus de 231 mille ha, dont 19 lots de chasse associative (52,3 mille ha), 3 lots de chasse touristique du gibier sédentaire (5.325 ha), 5 lots de chasse touristique du gibier migrateur (plus de 173 mille ha) et 5 lots de chasse provinciale (plus de 22,6 mille ha).

Dans le souci de conserver le potentiel cynégétique de la région et contrecarrer le fléau du braconnage qui prend de l’ampleur ces dernières années, des efforts soutenus en matière de police de la chasse sont déployés par les unités du terrain, appuyées par les gardes fédéraux, pour réprimer les délits de chasse. Le nombre de procès-verbaux de délits dressés au cours de cette saison est de 96.

Pour la saison de chasse 2013-2014, les mesures d’ordre réglementaire adoptées par le conseil se basent principalement sur le respect de la biologie du gibier, de ses périodes de reproduction et de migration.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *