Tanger : Une fête de l’Ayta Jeblia très animée

La ville du détroit vibre, jusqu’à ce 21 juillet, aux rythmes de Taktouka Jeblia. Comme l’année précédente, une ambiance festive marque cet événement artistique qui a pour objectif «de sauvegarder ce patrimoine oral jabali menacé de disparition», soulignent les organisateurs. La cérémonie d’ouverture s’est distinguée par la présentation d’un beau tableau artistique animé par les grands icônes de cet art populaire traditionnel. C’était cheikha Chama Zazz qui a eu l’honneur d’ouvrir le bal par une «Ayoue» rappelant celles pratiquées par les femmes rurales notamment pendant la saison de récolte. Elle a été suivie par le groupe Chamal, dirigé par le musicien et compositeur de la chanson de l’Ayta Jeblia, Abdelmalek Andaloussi. Ce groupe local a su plaire au public en interprétant quelques chansons puisées du répertoire propre à des tribus montagnardes dont Jbel Lhbib, Béni Arouss et Béni Guerfet.
La cérémonie d’ouverture a été marquée aussi par l’hommage rendu au grand cheikh de Taktouka Jeblia, Mohamed Laaroussi. Natif de douar Béni Darkoun (province Taounat) en 1934, celui- ci a côtoyé les chioukh de ce patrimoine populaire à l’âge de 10 ans. Cheikh Mohamed Laaroussi a beaucoup travaillé à l’enrichissement de cet art musical. Cette soirée a connu aussi la participation du grand maestro de Taktouka Jeblia, cheikh Ahmed El Guerfti, avec un très beau morceau de musique «Rayla».  La programmation de cette soirée d’ouverture a été clôturée par un beau duo avec cheikh Mohamed Laaroussi et cheikha Chama Zazz. Cette chanson intitulée «Yaouladi Babakoum Tarakni» «Ô mes enfants, votre père m’a quitté » qui relatait les souffrances endurées par une triste veuve a été très applaudie par un public très nombreux venu assister à cette soirée inaugurale.
Cette 2ème édition a été marquée par la soirée folklorique organisée, samedi dernier, sur la place des Nations.
En plus des grands chioukh du patrimoine musical Jabali tels que Mohamed Laaroussi, Ahmed El Guerfti et Abdelmalek Andaloussi, le public était au rendez- vous avec Najmat Achamal et les jeunes Jabalis.  Les organisateurs ont programmé également des concerts animés par des groupes folkloriques notamment d’Issaoua, Hassada, Darkaoua et Jilala.  La cérémonie de clôture aura lieu, ce lundi, à la place des Nations. Elle débutera par une scène folklorique présentant la fête rituelle du henné. Il sera au tour du groupe espagnol folklorique Gaïtaé Gasterania de faire découvrir leur musique au public. C’est le groupe de Lemchaheb qui aura l’honneur de prendre sa place pour clôturer ce 2ème festival.
Outre l’atelier de fabrication la Gaïta, cette édition s’est distinguée par l’organisation d’un colloque portant sur «L’art de l’Ayta Jeblia entre la culture savante et la culture populaire». Les intervenants à ce colloque ont appelé à l’enregistrement et à la sauvegarde de ce patrimoine de «musique populaire jabalie» plus connu par Taktouka Jeblia.  Organisé par l’association Ajras pour le développement, la culture et les arts populaires, le programme de ce festival a comporté également un atelier artistique organisé, vendredi dernier, à Dar Senaa (école des arts et métiers) de Tétouan au profit des jeunes Tétouanais férus de cet art traditionnel venu des montagnes du nord-ouest du Maroc.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *