Accidents : Plus de 2.700 tués durant les huit premiers mois de 2012

Accidents : Plus de 2.700 tués durant les huit premiers mois de 2012

2.712 personnes ont été tuées dans les accidents de la circulation durant les huit premiers mois de 2012, soit une hausse de 4,4% par rapport à la même période de l’année passée, a indiqué, lundi dernier, le ministre de l’équipement et du transport, Aziz Rabbah. Dans un exposé devant la commission des infrastructures, de l’énergie, des mines et de l’environnement à la Chambre des représentants, M. Rabbah a souligné que les accidents, au nombre de 44.902, ont pourtant enregistré une légère baisse de 0,38%, avec une augmentation des accidents (2.316 mortels, +4,37%). Les accidents ont également fait 8.042 blessés graves (+0,58 %) et 59.602 blessés légers (+0,73 %), a ajouté le ministre au cours de cette séance consacrée à l’état des lieux et aux mesures prises pour faire face à l’hécatombe. Selon le ministre, 90% de ces accidents de la route sont dus au facteur humain et à des degrés minimes à l’état des routes et des véhicules. Il a cité les mesures adoptées par le gouvernement pour faire face au fléau des accidents de la route, dont la mise en place, le 5 septembre, d’une cellule de sécurité routière chargée d’identifier les actions et les mesures à mettre en place pour lutter contre les accidents et améliorer la sécurité routière.

Sécurité Info…

Plus de 18.700 contraventions pour des amendes de 2,8 MDH


Vingt-neuf personnes ont trouvé la mort et 1.270 autres ont été blessées, dont 63 grièvement, dans 955 accidents de la circulation survenus en périmètre urbain, lors de la semaine allant du 17 au 23 septembre dernier. Ces accidents sont principalement dus au défaut de maîtrise des véhicules, au non-respect de la priorité, à l’excès de vitesse, à l’inadvertance des piétons et des conducteurs, au changement de direction non autorisée, à la circulation sur la voie de gauche, au dépassement non autorisé, au non-respect de la signalisation routière et à la conduite en état d’ébriété, selon un communiqué de la Direction générale de la sûreté nationale (DGSN). Concernant le contrôle et la répression des infractions de la circulation et du roulage, les services de sûreté ont enregistré 18.732 contraventions et rédigé 10.666 procès-verbaux qui ont été soumis à la justice. De même, 8.066 amendes à l’amiable ont été recouvrées.

Appel à la vigilance suite aux premières précipitations

Le ministère de l’équipement et du transport et le Comité national de prévention des accidents de la circulation ont appelé, la semaine dernière, dans un communiqué conjoint, les conducteurs à davantage de vigilance. Suite aux premières précipitations de la saison enregistrées ces derniers jours et compte tenu des prévisions de la Direction de la météorologie nationale, les usagers de la route, aussi bien au niveau du périmètre urbain que rural, sont appelés à prendre les précautions nécessaires pour éviter d’éventuels glissages, prévient le communiqué. Les véhicules devront faire l’objet de contrôle mécanique, particulièrement les appareils de sécurité (pneus, freins, amortisseurs et pare-brises), insiste la même source, soulignant l’impératif de respecter les normes de la circulation et de la sécurité routière.

 

10 millions de dirhams pour une campagne de communication


Dans un exposé devant la commission des infrastructures, de l’énergie, des mines et de l’environnement à la Chambre des représentants, lundi 1er octobre, Aziz Rabbah, ministre de l’équipement et du transport, a indiqué que l’action du ministère est axée aussi sur l’activation des dispositions du Code de la route relatives à la conduite professionnelle, la réhabilitation des infrastructures routières, le lancement d’une campagne de communication d’envergure. Et ce,  en partenariat avec la société civile destinée aux usagers de la route pour une enveloppe de 10 millions de dirhams à partir de ce vendredi 5 octobre, en plus d’autres initiatives dans le domaine de la sensibilisation et de l’éducation routières. Sur le moyen terme, il sera question du recours au calcul numérique de la vitesse et de la durée, de l’introduction du GPS dans le contrôle routier, de l’activation des mesures programmées dans le cadre du Plan national du contrôle routier, de l’adoption du système de calcul de la vitesse moyenne utilisé par les Autoroutes du Maroc.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *