PROMO ALM
PROMO ALM

Création des centres de bioéquivalence: Louardi définit le cahier des charges

Création des centres de bioéquivalence: Louardi définit le cahier des charges

La bioéquivalence est un élément indispensable à la commercialisation du médicament générique. Le ministre de la santé a émis récemment une circulaire relative au cahier des charges pour la création d’un centre de bioéquivalence.

Pour pouvoir fonctionner, ces centres doivent être autorisés et agréés par le ministère de la santé. Un dossier de demande d’autorisation d’ouverture doit être déposé au niveau de la direction du médicament et de la pharmacie. Le ministère de tutelle délivre son autorisation avant le démarrage de chaque étude de bioéquivalence. Ces centres sont soumis au contrôle du ministère. Des inspections périodiques ont lieu dans le cadre du suivi des études.

La circulaire mentionne que les essais de bioéquivalence doivent être effectuées dans des conditions qui assurent la sécurité des sujets volontaires. Le centre doit être doté d’un espace dédié à la conservation des échantillons pour analyse. Cet espace doit disposer d’équipements nécessaires pour leur conservation dans des conditions de stockage optimales et de moyens adaptés pour la conservation des échantillons biologiques congelés jusqu’à leur transport au site d’analyse. Le centre comportera également une salle d’archivage des documents.

Les rapports et les données devront être établis par le laboratoire pour chaque sujet et seront archivés pour une période d’au moins 20 ans. S’agissant de la phase clinique de l’étude de bioéquivalence, celle-ci ne pourra être réalisée que dans des établissements de santé relevant de l’Etat, civils ou militaires ainsi que dans des établissements de santé privés ou dans des lieux de recherche relevant des CHU.

À noter que le lieu de l’étude clinique comportera une salle pour administrer le produit de l’essai et de prélèvement ainsi qu’une salle d’hospitalisation pour accueillir les sujets de l’étude. Une salle des soins d’urgence est également prévue avec une astreinte d’un médecin d’urgence. Si le centre de bioéquivalence se situe à plus de 10 minutes de la réanimation de l’hôpital, il devra être équipé d’une salle de déchoquage et une ambulance mobilisable en 10 minutes pour le transfert des sujets.

Par ailleurs, l’analyse des échantillons biologiques de l’étude de bioéquivalence s’effectuera au niveau du laboratoire relevant du centre de bioéquivalence. Ce laboratoire devra être conforme aux exigences de l’OMS relatives à l’application et au respect des bonnes pratiques de laboratoires.

Pour ce qui est du personnel, il doit être en nombre suffisant, qualifié et bien formé pour les activités réalisées. Le nombre du personnel requis dépendra de la complexité et du nombre des essais réalisés par le centre. Durant tous les stades des essais, un personnel qualifié devra veiller à la sécurité des sujets.

Enfin, il est important de relever que le centre de bioéquivalence doit impérativement conclure un contrat avec l’hôpital pour recevoir et traiter les cas d’urgence pouvant résulter de l’étude. En outre, il sera dans l’obligation de conclure un contrat d’assurance auprès d’une compagnie d’assurance opérant au Maroc au profit des sujets volontaires.

Qu’est-ce que la bioéquivalence ?

Avant  de pouvoir vendre un médicament générique, le fabricant doit démontrer scientifiquement que son produit est bioéquivalent au médicament de référence (médicament princeps). Autrement dit, les études de bioéquivalence sont des essais cliniques destinés à comparer le comportement in vivo d’un médicament générique par rapport à celui du médicament de référence. Si le médicament générique et le médicament de référence sont bioéquivalents, ceci signifie qu’il n’y a pas de différence significative entre les deux. Ils sont équivalents en ce qui concerne la posologie, la sécurité d’emploi, le dosage, la qualité, leur manière d’agir dans l’organisme et la manière de les prendre. La bioéquivalence est prouvée en montrant que le médicament générique délivre la même quantité d’ingrédients actifs dans la circulation sanguine d’un patient, dans le même laps de temps que le médicament de marque équivalent.

L’unique façon de prouver la bioéquivalence est de prélever des échantillons de sang à un volontaire qui a pris le médicament de référence, puis de recommencer avec le médicament générique (ou inversement) dans le but de montrer que la libération de l’ingrédient actif du médicament générique dans la circulation sanguine est comparable à celle du médicament de référence dans le temps. Ces études réalisées sur des volontaires sains doivent être accomplies par des centres mandatés pour la conduite et l’analyse des études de bioéquivalence avec des sites d’investigations adaptés aux normes internationales.

 

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *