Lait infantile contaminé en France : Le Maroc concerné par le rappel

Lait infantile contaminé en France : Le Maroc concerné par le rappel

Plus de 600 références sont retirées

L’affaire du lait infantile contaminé par des salmonelles ne cesse de prendre de l’ampleur. Le Gouvernement français a annoncé dimanche un retrait massif de laits infantiles fabriqués par le groupe Lactalis, destinés à la France et à des marchés étrangers, en raison d’un risque de contamination par des salmonelles. Ainsi, le Maroc figure parmi les pays concernés par le retrait des produits laitiers de la marque Lactalis. Pour ce qui est des autres pays, il y a lieu de citer l’Algérie, la Grande-Bretagne, le Taïwan, la Roumanie, la Grèce, le Bangladesh, la Chine, le Pérou, la Géorgie  et le Pakistan. Une liste de plus de 600 lots qui sont rappelés, interdits à la consommation et à l’exportation, a été publiée. Ces lots sont vendus sous les marques Picot, Milumel, Lémiel, Pepti Junior, mais aussi sous la marque du distributeur Carrefour. Le rappel concerne 7.000 tonnes au total. Les infections surviennent dans les 3 jours suivant l’ingestion. On assiste à une gastro-entérite avec des vomissements, voire une diarrhée parfois sanglante. Le risque chez le nourrisson, c’est que la diarrhée entraîne des pertes liquidiennes et une déshydratation. En cas de symptômes d’infection alimentaire (diarrhée éventuellement accompagnée de fièvre), les parents sont invités à contacter un médecin dans les meilleurs délais.  Rappelons que le fabricant Lactalis avait retiré le 2 décembre 12 lots de boîte infantiles après la survenue de 20 cas de contamination chez des bébés de 6 mois ayant consommé des produits de la marque. Quelque 200 000 boîtes de lait infantile  étaient concernées.

  Malgré ces mesures, cinq nouveaux cas de salmonellose ont été déclarés chez des nourrissons cette semaine en France, dont l’un avait consommé un lait de riz qui ne figurait pas parmi les produits rappelés le 2 décembre. Le mystère de ces contaminations est en passe d’être résolu. La réponse se trouverait sur le site de fabrication de l’entreprise, à Craon, en Mayenne. Des investigations menées par la Répression des fraudes et Lactalis ont montré que des traces de salmonelle avaient été trouvées sur place. Selon l’entreprise, la cause probable de contamination viendrait de l’une des « tours séchage », là où les liquides sont transformés en poudre. Lactalis a aussi arrêté ses installations ce week-end, «afin d’y engager des mesures de nettoyage, de désinfection additionnelles, renforcées, pour le futur», selon le porte-parole du fabricant.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *