Le Maroc pointe du doigt les critères du PNUD

Les critères de classement du PNUD se basent «sur un indice non fiable et statistiquement incomplet». Par ces propos, le Maroc, à travers son ministre des Affaires étrangères et de la Coopération, Taïeb Fassi Fihri, rejette encore une fois les critères de classement du PNUD en matière de développement humain.  «Nous rejetons le classement du PNUD et nous demandons une réévaluation de l’approche à travers une définition plus fiable et plus crédible des critères retenus», a souligné M. Fassi Fihri dans une déclaration relayée par la MAP à l’occasion de la 7ème session du Conseil d’association Maroc-UE à Luxembourg. Alors que plusieurs instances internationales et organisations mondiales notent les changements qualitatifs que connaît le Maroc en matière de développement humain, à travers des initiatives qui ont apprté leurs fruits tels l’INDH, le PNUD continue à établir un classement basé sur «un esprit sommaire et sur la base d’indices et de critères obsolètes, sélectifs et insuffisants», précise M. Fassi Fihri. Et d’ajouter qu’ «à l’heure où l’Union européenne décide de faire confiance au Maroc à travers un Statut avancé en se félicitant et en encourageant l’ensemble des réformes qui ont été entreprises, en particulier en termes d’amélioration et de développement humain (…), nous constatons avec regret que le PNUD continue dans sa tentative d’établir un classement mondial qui se base seulement sur trois critères : le PIB par tête d’habitant, la santé à travers un seul agrégat et l’éducation en donnant davantage d’importance à la question de l’analphabétisme».

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *