Abdelilah Hifdi : «Les ressources humaines sont une importante composante»

Abdelilah Hifdi : «Les ressources humaines sont une importante composante»

ALM : Que pensez-vous de la nouvelle stratégie logistique du Maroc ?
Abdelilah Hifdi : L’objectif principal de cette stratégie consiste à baisser le coût de la logistique de 20% du PIB actuellement à 15% en 2015. Ce coût global de la logistique se traduira au niveau du produit final par une charge de 30% au Maroc contre 12 à 15% dans des pays concurrents ce qui handicape les exportations marocaines, et renchérit les produits de consommation intérieure. Cette baisse du coût de la logistique permettra d’accélérer la croissance économique de 3 à 5 points sont près de 0,7 point par an du PIB. D’un autre côté, la stratégie s’inscrit dans la politique du développement durable de notre pays à travers la réduction à l’horizon 2015 des nuisances par la baisse des tonnes kilomètres de 30% du fait de la massification et l’optimisation des flux des marchandises et par la réduction de 35% des émissions de CO2. L’engagement d’une étude pour la définition de la stratégie de développement de la compétitivité logistique et la procédure très élaborée d’adoption d’un nouveau code de la route qui est également à plusieurs égards un instrument de régulation ont remis à plus tard la conclusion d’un nouveau contrat-programme concernant la poursuite de la mise à niveau de ce secteur de transport de marchandises par route.

Comment allez-vous élaborer les contrats d’application ?
Actuellement, un comité technique ad hoc FT-ministère de l’Equipement et du Transport affine la matrice et les fiches techniques de mesures proposées dans le cadre de contrat d’application précité. Celui-ci s’articule autour de sept axes à savoir : le renforcement de la structuration du secteur de transport routier de marchandises (TRM), l’amélioration de l’environnement juridique des entreprises, le développement du transport international routier par des opérateurs nationaux, la modernisation du contrôle en matière de transport routier, le renforcement de la prévention et la sécurité routière et la prévention de l’environnement. Ces axes comprennent 35 actions et 44 modalités de mise en œuvre pour atteindre l’objectif de régulation et de mise à niveau des acteurs du TRM. Les travaux de ce comité technique paritaire seront soumis aux décideurs du ministère de l’Equipement et du Transport qui après validation soumettront le projet de contrat à l’approbation des ministères concernés et des représentants de la profession.

Qu’en est-il de la mise en œuvre de ces contrats?
Après sa signature, ce contrat d’application sera mis en œuvre notamment par les différents ministères selon la nature de la mesure et par la Fédération du transport de la CGEM qui regroupe vingt et une organisations nationales de la logistique et du transport. La gouvernance de cette mise en application sera assurée par un comité de direction (pilotage) où les différentes parties concernées seront représentées à un haut niveau et par une commission de suivi composée des experts désignés par ces parties. L’évaluation des actions sera faite selon un échéancier fixe avant une évaluation globale.

Le pays dispose-t-il des ressources humaines nécessaires ?
Les ressources humaines est une importante composante qui constitue l’un des principaux éléments de la réussite de cette stratégie avec la formation des plus de 6.300 cadres pour 2015. Il faut noter que le dernier axe met en place un cadre de gouvernement du secteur de la logistique avec des mesures de régulation adéquates. Et je pense que la réussite de la stratégie sera tributaire de la mise en œuvre judicieuse de ces contrats d’application.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *