Course à la consommation

Peu avant le mois sacré du ramadan, les comportements alimentaires changent. La consommation bat son plein. La ménagère marocaine ne veut pas priver ses proches à l’heure du F’tour. Elle a tendance à faire des réserves avant le jeûne pour préparer des plats qui se conservent. Les denrées comme le sucre, le lait, les tomates, les viandes et les légumineuses sont particulièrement prisées par les consommateurs. Afin de passer un mois harmonieux, autant être bien équipé pour que la saveur des produits soit bien conservée.. Des épices à la vaisselle en passant par l’électroménager, les Marocains cassent leurs tirelires. Un véritable budget pour un mois qui vaut bien des sacrifices. Mais les spécialistes du marketing ne se sont pas trompés. Tous les moyens de nature à inciter à la consommation sont mis en oeuvre. Crédits gratuits, renouvellement de l’électroménager, promotions spéciales, brochures et dépliants distribués quinze jours avant le début du mois sacré, annonces à la télévision. Tout ce qui pousse à consommer est sorti. Il suffit de vider votre boîte aux lettres pour juger de l’ampleur du phénomène. Dépliants et mailings ne sont plus l’apanage de quelques enseignes prestigieuses. Ces supports de communication qui vous informent des bonnes affaires à ne pas manquer, se sont banalisés. En matière de bien de premières nécessités, en dépit de la libéralisation des prix survenue dans les années 80, seuls ceux d’une trentaine de produits restent à ce jour réglementés. Parmi eux, le sucre, l’eau, la farine nationale de blé tendre, le pain, etc. Pour le reste, c’est la libre concurrence qui décide. Les garde-fous contre d’éventuels abus, spéculation ou monopole de la part des industriels, des distributeurs ou des commerçants sont instaurés. Seuls objets d’inquiétude : le lait et le beurre. Les commerçants importeront la quantité de 3 millions de litres de lait. À l’instar des deux années précédentes, le lait longue conservation sera moins taxé qu’à l’accoutumée, et les droits de douane chuteront. Quant au beurre, dont la consommation augmente de 50 % durant le jeûne : soit il sera importé, soit les acheteurs se tourneront vers un produit de substitution comme la margarine. La récolte de tomates devrait coïncider avec le mois de Ramadan, ce qui mettra le Maroc à l’abri de toute pénurie. Au niveau de l’électroménager, il semble que ce soient les téléviseurs, les paraboles et autres récepteurs numériques qui remportent la mise. Explication : les Marocains passent plus de temps chez eux et ne sont pas entièrement satisfaits des programmes proposés par les deux chaînes nationales. Si vous avez l’intention de changer votre cuisinière ou acquérir un congélateur, c’est le bon moment. Idem pour les accros du petit écran qui sont à l’affût des dernières générations de téléviseurs. Les bonnes affaires ne manquent pas, il suffit de faire un tour dans les grands points de vente de l’électroménager brun et blanc. Pour la plupart d’entre eux, c’est devenu un rituel. Chaque année, quinze jours avant le mois sacré, grandes surfaces, magasins spécialisés et revendeurs démarrent tambour battant des campagnes promotionnelles. Face à cet engouement, les concepteurs rivalisent d’imagination en mettant en avant les atouts des produits-vedettes, les prix imbattables, les cadeaux offerts pour un montant d’achat minimum, les packages au tarif étudié (à l’achat de 3 produits, le troisième est vendu à moitié prix ou bien tout simplement offert)… Le volet financement n’est pas oublié, bien au contraire. Le crédit gratuit sur 12 mois s’est généralisé souvent grâce à une formule de partenariat avec un professionnel du crédit à la consommation.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *