Édito : Une fascination nommée Marrakech

Pour être «in», le chemin est tout indiqué : Marrakech. Sans conteste, la ville ocre est la ville la plus branchée du Maroc. Il n’y a presque pas un seul endroit à Marrakech qui ne soit pas branché, ses unités hôtelières ou ses lieux nocturnes, ses ryads de style arabo-andaous ou ses éternels jardins respirant la propreté et l’odeur d’histoire… Décidément, Marrakech est la capitale touristique du Maroc. Avec un million et demi de touristes, cette ville-spectacle a réussi à détrôner même Agadir, au point de lui ravir la vedette aujourd’hui. Capitale de la jet set, elle draine le dessus de panier de ce que le monde compte en célébrités qui font aujourd’hui autorité dans l’univers du spectacle, du cinéma, de la musique, du stylisme, de la littérature, et autres politiques qui y  viennent, à chaque occasion, se prélasser sous le soleil chatouillant de cette ville, bercée de la brise rafraîchissante des palmiers. Parmi tout ce beau monde, il y en a qui ont fatalement succombé à l’attrait de cette ville, au point de s’y être installés définitivement. Derrière cette fascination hors-norme, il y a une autre raison que l’on a tendance à passer souvent sous silence. Ce n’est pas l’unique envie du dépaysement qui fait que l’on se bouscule, aujourd’hui, aux portes de Marrakech. Il y a bien ce désir de se ressourcer, de carburer aux belles idées, de nourrir son imagination dans un lieu où souvent le mythe tutoie le réel, où le merveilleux côtoie le rationnel, où le présent avoisine le passé dans une étrange synchronie que nul autre endroit ne peut procurer, à plus forte concurrencer. Une véritable industrie du colloque voit ainsi le jour à Marrakech, tant et si bien que les intellectuels les plus réputés mettent actuellement un point d’honneur à faire le déplacement dans cette ville.  Généreuse de nature, Marrakech a su accompagner les aspirations de ses visiteurs, nationaux ou étrangers, en mettant à leur disposition une infrastructure moderne, sans toutefois toucher à ce qui fait son âme et son cachet historique. On peut voir un multiplexe cinématographique hyper-moderne regarder vers le site historique imposant de la Koutoubia. Le palais des congrès, doté des infrastructures les plus modernes, est construit de manière à préserver la structure traditionnelle de l’architecture marocaine. Quant à cela, il faut ajouter les merveilles naturelles de Marrakech, jalousement gardées par les monts majestueux du Grand-Atlas, bordés des beaux palmiers, on ne peut que tomber sous le charme de cette ville mythique.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *