Aboucharouane reste au Raja

Bien avant la fin de la saison, le public rajaoui voyait déjà son joueur fétiche parti en Angleterre, jouer pour le compte de Southampton. Hicham, lui était fin prêt pour entamer la grande expérience à l’instar de ses aînés, Hajji, Chipo, Kechloul, Sefri et les autres. Finalement le transfert n’a pas eu lieu pour des raisons d’ordre «technique». Le coup a été dur pour le moral d’Aboucharouane. Le bureau exécutif du Raja s’en étant aperçu, il accourut à l’aide de Hicham en opérant son transfert-prêt limité au club Qatari du Qatar. Le montant du «prêt» s’élève à quelque six cent mille dollars, dont cent mille revient au joueur tandis que le reste part à la caisse de l’équipe mère. L’attaquant du Raja est alors censé jouer au Qatar jusqu’au mois de mai 2003. Aboucharouane partit donc pour le Qatar et y séjourna pendant près d’un mois. Ni le climat, ni la qualité du jeu n’étaient capables de rendre l’enthousiasme régressif chez Hicham «Je ne sais pas exactement de quoi il s’agissait, mais je sentais un blocage quelque part au fond de moi-même» explique-t-il. Pourtant, il comptait bien dépasser ce blocage, en attendant l’échéance du contrat. Seulement, l’affaire allait rebondir, du côté qatari cette fois. En fait, le Raja n’a pas reçu le montant conclu dans le contrat, et par conséquent ne pouvait donner la feuille de sortie à Hicham. Ce dernier ne pouvait intégrer le jeu avec le club Qatari sans ce papier. Si le club en question est sérieusement attaché aux services du grand talent de Hicham Abou Charouane, il n’en est pas de même en ce qui concerne le Comité Olympique local (le vrai décideur) qui voit les choses d’un autre oeil. C’est le CO qui paye en principe les montants des contrats de transfert des joueurs «importés». Quand il se sont saisis du dossier Aboucharouane, les membres du CO du Qatar ont jugé le montant du contrat trop élevé pour un simple prêt, qui, de surcroît, ne dure que quelques mois. Le CO a demandé aux responsables du Raja de réviser un peu les chiffres pour réduire les coûts. Chose que les Casablancais ont catégoriquement refusée, puisque le contrat était établi avec les responsables du club intéressé par le joueur rajaoui. Le bureau exécutif du Raja, ayant senti que l’affaire n’est pas prête à se débloquer, a décidé de réintégrer Hicham avec les aigles verts. Ce dernier n’y voyait aucun inconvénient, bien que certains intermédiaires lui avaient parlé de l’intérêt manifesté par le club français l’Olympique de Marseille à son égard. Pour le moment, Hicham préserve sa grande forme. En entrant aux vingt dernières minutes de la finale de la coupe de la CAF, il fut derrière le second but, d’une façon magistrale. A peine a-t-il touché le ballon qu’il déborde sur le flanc droit en opérant une passe magnifique à Zemmama. Le centre de ce dernier est ensuite facilement repris de la tête par Dialo qui score. Mais après le but, c’est vers Hicham que ses coéquipiers se sont dirigés pour le féliciter. En attendant un meilleur engagement professionnel, le public du Raja préfère voir Hicham parmi les siens, plutôt que de se faire oublier aux confins du Golfe, alors qu’il n’est qu’au début de sa carrière.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *