Afrobasket 2015 : Le Maroc quitte la compétition mais force le respect

Afrobasket 2015 : Le Maroc quitte la compétition mais force le respect

Ce redoutable adversaire ne s’attendait pas à ce que le Maroc lui en fasse voir de toutes les couleurs. Tous les pronostics étaient en faveur des Tunisiens, habitués aux sacres et aux grands rendez-vous. Mais cela était sans compter sur la témérité du cinq national qui leur a tenu la dragée haute. 

Dans l’ambiance électrique de la salle Radès, les Marocains ont forcé le respect de leurs pairs. Les camarades du capitaine Abderrahim Najah, le guerrier toujours prêt à l’assaut, ont compensé les différences techniques et tactiques avec leurs adversaires par leur courage, leur générosité et la solidarité sur et en dehors du parquet.

Au fur et à mesure que la partie avançait, l’entraîneur tunisien Adel Tlati s’est rendu compte qu’il ne serait pas en promenade de santé face aux Marocains. Lui qui a laissé sur le banc sa star Saleh Mejri, sociétaire des Dallas Mavericks (NBA), et effectué des turnovers à satiété durant les deux premiers quarts-temps.

A l’opposé, le coach marocain Anton Vujanic a vraisemblablement tiré les leçons nécessaires des errements des trois précédentes défaites. Sa bonne gestion de l’effectif et de l’aspect émotionnel des joueurs a fait qu’il a terminé avec toutes ses pièces maîtresses sur le parquet.

La preuve est que la sélection marocaine était plus en jambes dans les cinq dernières minutes du temps réglementaire. En témoigne aussi le fait que le spécialiste des tirs à 3 points, l’Américain naturalisé Michael Roll, a complètement renoncé à son exercice de prédilection sous le harcèlement des défenseurs marocains. 

Le Cinq national était à un cheveu de plier le match, si ce n’est les fautes d’arbitrage sur des séquences décisives. D’ailleurs, la Tunisie, qui n’en avait guère besoin, a bénéficié d’un arbitrage maison, qui n’honore en rien cette discipline dans le continent.

En terminant à égalité après quarante minutes de suspense total (56/56), le Maroc et la Tunisie ont dû disputer une prolongation de cinq minutes. En alternant défense individuelle et zone, le Maroc a commencé à perturber les Tunisiens, affaiblis par les rotations. 

Transcendés, déchaînés et plus incisifs sous les panneaux, les joueurs marocains vont se surpasser en fin de partie. A une poignée de secondes, la qualification était à portée de main. Seulement, dans le basketball, la destinée peut basculer en un clin d’œil.

Ce soir, on est passé tout près du coup de théâtre parfait. A 3 secondes et 2 centièmes du moment fatidique, une tentative désespérée à trois points d’un joueur tunisien a fini sa trajectoire dans le panier, déclenchant le délire dans la salle.

Croyant que c’en était bien terminé, le banc tunisien a envahi le terrain. Le trio arbitral temporise, consulte la vidéo et ordonne aux deux équipes de regagner l’aire de jeu. Sinon, cela aura été le scandale du siècle en basketball. Dans les poignées de secondes restantes, le miracle n’a pas eu lieu au grand dam des braves basketteurs marocains. 

La sélection nationale quitte la compétition avec les honneurs. Beaucoup d’enseignements sont à tirer de cette participation. Le Maroc, aujourd’hui, a du pain sur la planche pour rectifier tout ce qui clochait auparavant et surtout régler les querelles intestines qui sévissent au sein de la fédération. 

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *