Ajeddou, un buteur en or

Ajeddou, un buteur en or

Ahmed Ajeddou est l’un des rares joueurs qui savent tout faire. Autrement dit, un joueur complet. Bon dribbleur, homme de la dernière passe, mais aussi buteur. Il est considéré comme l’une des révélations de cette saison. Avec 7 réalisations en 23 matchs, le sociétaire des FAR prend les commandes du tableau des buteurs. Un parcours sans faute qui lui a ouvert la voie de l’équipe nationale. Et ce n’est pas le sélectionneur national, Badou Zaki, qui dira le contraire. Lui qui, connu pour être exigeant, n’a pas hésité à faire appel à ses services. Mercredi dernier face à l’Angola, Ajeddou, âgé de 24 ans, a fait son baptême de feu avec les «Lions de l’Atlas».
Certes, il n’a joué que la seconde mi-temps, mais le fait de figurer parmi ceux qui ont disputé la CAN 2004, pour lui, n’est qu’un début. «J’espère que cela va me donner plus de confiance et va me permettre de s’illustrer davantage», a déclaré Ajeddou. Le meilleur est à venir. Il fait, désormais, partie du cercle très restreint des joueurs locaux qui ont réussi à décrocher une place au sein de l’effectif du onze national. «Je remercie Zaki qui m’a permis de rejoindre l’équipe nationale et m’a donné l’opportunité d’exprimer mon potentiel. Au début, je n’ai pas réalisé. J’avais peur. Je disais que ça aller être difficile de jouer avec les profs. Mais j’ai fin par m’intégrer. C’est un grand honneur pour moi de porter le maillot national», a fait remarquer ce dernier. Il n’y a même pas deux ans, personne n’entendait parler d’Ajeddou. Il fallait attendre son arrivée chez les FAR, durant la saison 2002-2003, pour que le jeune Ajeddou explose. «Je remercie également l’équipe des FAR. Sans elle je ne serai pas là où je suis maintenant», a-t-il souligné. Sollicité par Mustapha Madih, il a brillé de mille feux avec l’équipe nationale olympique, vainqueur du dernier tournoi de «l’amitié» qui s’est déroulé au Qatar. D’ailleurs, son beau parcours tout au long de cette compétition lui valu le titre de meilleur joueur en demi-finales contre la Norvège. Ascension fulgurante. Aux yeux des observateurs, et s’il continue sur sa lancée, le jeune Ajeddou, natif de Marrakech, aura une carrière internationale prometteuse. Pour arriver à ce stade, le fils de Marrakech a parcouru un long chemin en un temps record, moins de deux ans. Comme tout le monde, il a fait ses débuts dans l’école des quartiers. «J’ai joué partout à Marrakech. J’ai fait le tour des terrains, avant de rejoindre le KACM», a expliqué ce dernier.
Après le KACM, où il a fait ses premiers pas (minimes et cadets), Ajeddou a signé au Najm de Marrakech en 1998, pour trois ans, avant de faire ses valises à destination de Rabat, chez les Militaires, avec qui il vit ses meilleurs moments. Le jeune marrakchi, qui a comme joueurs préférés, Zairi, Hadji, Thierry Henri et Ronaldo, est un grand admirateur d’Amine Rbati, défenseur du Raja de Casablanca. « C’est un très bon joueur. À le voir jouer, on a l’impression qu’il fait plus que son âge et que cela fait plusieurs années qu’il joue avec son club et en équipe nationale », a conclu le discret Ajeddou, grand fan aussi d’Ahmed Bahja, l’ex-star du football national.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *