Alonso : à un podium du sacre

Alonso : à un podium du sacre

Une troisième place dans le Grand Prix du Brésil suffira dimanche au pilote de Renault Fernando Alonso pour devenir le plus jeune champion du monde de  Formule 1. Et même si l’Espagnol restait au pied du podium, le championnat du monde des conducteurs s’achèvera à Interlagos si  le Finlandais Kimi Räikkönen et sa McLaren ne terminent pas la course.
Avec six victoires en 16 courses, Alonso possède 25 points d’avance sur Räikkönen alors que le Grand Prix du Brésil ne sera suivi que de ceux du Japon et de Chine, où deux victoires ne rapporteraient que 20 points. Le pilote espagnol de 24 ans – un an de moins qu’’Emerson Fittipaldi lors de son premier titre en 1972 – n’en promet pas moins de courir pour la victoire dans une course où il avait été victime d’une grave sortie de route il y a deux ans.
"Je suis désormais très près du titre, mais je vais approcher cette course comme n’importe quel Grand Prix", déclare-t-il. "Nous avons été très rapides au Brésil ces dernières années et aujourd’hui nos voitures ont progressé. J’attends cette course avec impatience." "Je prendrai le départ pour faire le meilleur résultat possible, comme toujours. Quel intérêt y a-t-il à ne viser que  le podium ? Pour moi, c’est impossible. Il faut toujours vouloir être le meilleur, attaquer? C’est ce que je ferai au Brésil." "A trois courses de la fin, le seul résultat qui m’intéresse est la victoire", dit-il. Encore en course pour le championnat du monde des constructeurs, où Renault ne la devance que de six points,  l’écurie McLaren ne cache pas qu’elle visera sur le circuit  d’Interlagos, le doublé qu’elle vise depuis cinq. Outre Räikkönen, elle comptera sur le Colombien Juan Pablo  Montoya, qui s’était imposé l’an dernier à Interlagos mais au volant d’une Williams.  Si McLaren arrivait à ses fins, les principaux gagnants de la troisième place devraient être le pilote de Bar Jenson Button et, chez Ferrari, Rubens Barrichello, qui avait  pris la pole position l’an dernier et avait fini troisième  derrière Montoya et Räikkönen. Même si les Ferrari ne sont plus ce qu’elles étaient,Barrichello, qui rejoindra Bar l’an prochain, se dit ambitieux. "A en juger par la situation actuelle, nous n’avons pas une  voiture capable de prétendre à la victoire", dit-il. "J’aborde tout de même le week-end avec un esprit positif  parce qu’on ne sait jamais ce qui peut se passer et parce que le GP du Brésil est mon principal objectif de fin de saison".

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *